Bolt, fini de rire

  • A
  • A
Bolt, fini de rire
Partagez sur :

Cette fois c'est sérieux. Après avoir fait le show dans les rues de Manchester pour une exhibition sur 150 mètres, Usain Bolt rechausse les pointes, ce jeudi, lors du meeting de Toronto. Alors qu'il s'alignera sur 100 mètres, le triple champion olympique aura l'occasion de faire taire les mauvaises langues sur son état de forme.

Cette fois c'est sérieux. Après avoir fait le show dans les rues de Manchester pour une exhibition sur 150 mètres, Usain Bolt rechausse les pointes, ce jeudi, lors du meeting de Toronto. Alors qu'il s'alignera sur 100 mètres, le triple champion olympique aura l'occasion de faire taire les mauvaises langues sur son état de forme.Fini de rire. A Toronto, jeudi, Usain Bolt n'aura pas le loisir de s'exercer sur une nouvelle distance folklorique, comme ce fut le cas le 17 mai dernier dans les rues de Manchester, où il avait signé un chrono de 14"35 sur... 150 mètres. Nouveau record du monde. Cette fois, ses adversaires l'attendent sur un vrai 100 mètres, la distance qui l'a fait roi en août 2008, lors des Jeux Olympiques de Pékin. Face à lui, le Jamaïcain aura notamment deux Américains: Bernard Williams, champion olympique du 4x100 mètres en 2000, et Shawn Crawford, couronné d'or à Athènes en 2004 sur 200 mètres. Pas forcément le gotha du sprint mondial, certes, mais le recordman du monde de la distance a besoin de repères.Depuis fin avril et son accident de voiture à Kingston, qui lui avait valu quelques épines à retirer dans le pied gauche, Usain Bolt n'a pas couru la moindre ligne droite en meeting, à part lors de sa petite escapade mancunienne. Son dernier temps révélateur, 9"93, remonte à la mi-mars, à Spanish Town (Jamaïque), mais il avait été poussé par un vent complaisant de 2,3 m/s. Alors où en est-il vraiment ? Selon son agent, Ricky Simms, le voir battre au Canada son record du monde de la distance, soit 9"69, reste peu probable. "Son hiver n'a pas été aussi bon que l'hiver précédent. S'il court (à fond) le 100 mètres, cela va dépendre du temps et de la surface. Il ne court pas après les records du monde. Mais on ne sait jamais avec lui", explique-t-il au quotidien The Globe and Mail.C'est sans doute ce qui fait sa force: Usain Bolt est aussi imprévisible que la foudre de ses foulées. A vingt-deux ans, l'homme le plus rapide du globe s'est bâti une réputation qu'il doit défendre à chaque sortie. Une ascension express qui en laisse perplexe plus d'un, dont l'Américain Carl Lewis, ancien champion olympique du 100 mètres et légende du sprint: "Quand quelqu'un court le 100 mètres en 10"03 et l'année suivante en 9"69, si vous ne vous posez pas de question à ce sujet, vous passez pour un idiot." Des doutes qui ne touchent pas le Jamaïcain. "J'ai entendu ce qu'il a dit. Cela m'est égal, a-t-il répondu au Frankfurter Allgemeine Zeitung. Certains sont jaloux. J'ai été contrôlé trente à quarante fois l'an dernier, cinq ou six fois cette année. Les contrôleurs antidopage sont implacables. Je sais que je suis bon et propre." Toronto paie pour voir.