Bolt, ça fait causer

  • A
  • A
Bolt, ça fait causer
Partagez sur :

La disqualification d'Usain Bolt, en finale du 100 mètres des Mondiaux de Daegu, a entraîné un torrent de réactions dans le monde de l'athlétisme. S'il n'est pas question de retirer au Jamaïcain sa culpabilité, de nombreux athlètes ont critiqué la sévérité du règlement de l'IAAF. Médaillé de bronze, Kim Collins réclame des changements.

La disqualification d'Usain Bolt, en finale du 100 mètres des Mondiaux de Daegu, a entraîné un torrent de réactions dans le monde de l'athlétisme. S'il n'est pas question de retirer au Jamaïcain sa culpabilité, de nombreux athlètes ont critiqué la sévérité du règlement de l'IAAF. Médaillé de bronze, Kim Collins réclame des changements. C'est déjà l'image de ces Mondiaux. Usain Bolt, le maillot relevé, les yeux perdus dans le ciel de Daegu. Pour avoir frappé trop tôt, "La Foudre" a écopé d'un carton rouge. Une sanction directe, un règlement appliqué. Mais on ne peut s'empêcher de regretter que les efforts consentis par les athlètes depuis tant d'heures d'entraînement soient réduits à néant pour une erreur d'une fraction de seconde, le plus souvent conséquence de la tension qui règne dans une finale mondiale. Disqualification dès le premier faux départ, le règlement est sévère, oui. Plus qu'il ne l'était pas le passé. L'IAAF avait souhaité ce changement pour ne pas casser le rythme de ses finales. Pour favoriser le spectacle, donc. Et à l'arrivée, l'athlétisme s'est vu délesté de son plus beau joyau, lors de la finale de l'épreuve reine. Bolt est bien sûr le premier coupable. La preuve, il n'a pas protesté une seule seconde. Pour autant, des voix se sont élevées pour défendre le triple champion olympique, et critiquer la rigidité de l'IAAF. "Cette règle nous tue", a affirmé l'Américain Walter Dix, deuxième de la course qui avait déjà été médaillé de bronze sur 100 et 200 mètres aux JO de Pékin en 2008. "J'ai été choqué. Je ne m'attendais pas à ça. J'ai essayé de rester concentré et de faire le travail pour la Jamaïque", a de son côté ajouté Yohan Blake, partenaire d'entraînement d'Usain Bolt et nouveau champion du monde. Le vétéran Kim Collins, médaillé de bronze à 35 ans, huit ans après avoir remporté le titre à Saint-Denis, a lui réclamé que la règle soit modifiée ou changée. "Il faut qu'ils donnent le bénéfice d'un faux départ à l'ensemble des participants. C'était la règle avant. Le premier faux départ sanctionnait tout le monde et l'auteur du second était disqualifié, a clamé le champion du monde 2003. J'ai cru qu'ils allaient me l'attribuer. Après, j'ai pensé qu'ils allaient dire qu'il y avait eu une erreur ou quelque chose de ce genre parce que, en toute honnêteté, il (Usain Bolt) est champion du monde, champion olympique et détenteur du record du monde et le monde entier voulait le voir courir. C'est une triste soirée pour l'athlétisme." Le cas Bolt n'est évidemment pas isolé. Deux autres athlètes, les Britanniques Christine Ohuruogu sur 400 mètres dont elle est la championne olympique en titre, et Dwain Chambers, en demi-finale du 100 mètres, ont été eux aussi disqualifiés pour faux départ à Daegu. La Fédération internationale maintient que la règle reste à l'étude mais qu'elle n'a pas l'intention de la changer. Combien de temps tiendra-t-elle ? C'est peu dire que la pression s'est intensifiée ces dernières heures...