Bolt à l'heure suisse

  • A
  • A
Bolt à l'heure suisse
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLÉTISME - Diminué, le Jamaïcain participera tout de même au meeting de Lausanne, jeudi.

ATHLÉTISME - Diminué, le Jamaïcain participera tout de même au meeting de Lausanne, jeudi. Il aurait pu leur faire faux bond. Heureusement pour les organisateurs de l'Athletissima, Usain Bolt foulera bien jeudi soir la piste du Meeting de Lausanne, assurant ainsi le remplissage des tribunes de cette septième étape de la Diamond League. "L'entraîneur de Bolt ne voulait tout simplement pas qu'il court à Lausanne. Depuis dimanche, nous avons eu de nombreuses discussions et échanges de mails...", explique Jacky Delapierre au quotidien suisse Le Matin. L'organisateur a dû toutefois apporter quelques modifications à son programme, vu l'état de forme du meilleur sprinteur de la planète. Usain Bolt a déclaré que son médecin, le Docteur Muller de Munich, l'avait rassuré sur l'inflammation du tendon d'Achille gauche même "si ça n'est pas encore parfait". De ce fait, le Jamaïcain évitera tout effort et a obtenu de l'organisation qu'il soit finalement aligné sur 100 mètres au lieu du 200 comme prévu. "Bolt m'a dit qu'il ne voulait pas prendre de risque dans le virage. Il a assuré qu'il irait vite, mais sur 100 m", précise Delapierre. Lavillenie pour le triplé Les spécialistes américains du demi-tour de piste, Walter Dix (19"72 en 2010), Xavier Carter et Shawn Crawford, seront sans doute déçus de ne pas se frotter à la star de l'athlétisme qui détient la MPM en 19"56, réalisée le 1er mai à Kingston. Sur le 100 m, "Lightening Bolt" aura en Churandy Martina son adversaire le plus dangereux, sur le papier. Le sprinter des Antilles néerlandaises a signé 10"03 cette année comme meilleur chrono, à l'instar de Christophe Lemaître. Le jeune Français n'a pas coché Lausanne sur son agenda à l'image de beaucoup de ses compatriotes, Championnats de France de Valence oblige. Les perchistes Renaud Lavillenie, Romain Mesnil et Damiel Dossevi représenteront toute de même le drapeau bleu blanc rouge en terre helvète. L'occasion pour Lavillenie de confirmer au Stade de La Pontaise, face notamment à Steven Hooker, sa bonne passe. Le Clermontois l'avait emporté devant le champion du monde, à Oslo (5,80 m) et à New York (5,85 m).