Boasson, du travail bien fait

  • A
  • A
Boasson, du travail bien fait
Partagez sur :

Edvald Boasson Hagen (Columbia) s'est offert vendredi, à 21 ans, la première victoire de sa jeune carrière sur un Grand Tour en remportant la 7e étape du Giro. Dans une course courue dans des conditions difficiles, le Norvégien s'est imposé au sprint en réglant sur la ligne ses compagnons d'échappée.

Edvald Boasson Hagen (Columbia) s'est offert vendredi, à 21 ans, la première victoire de sa jeune carrière sur un Grand Tour en remportant la 7e étape du Giro. Dans une course courue dans des conditions difficiles, le Norvégien s'est imposé au sprint en réglant sur la ligne ses compagnons d'échappée.Un temps à ne pas mettre un coureur dehors...Les participants du Giro ont affronté des conditions météorologiques des plus rudes entre une température avoisinant les 5 degrés par endroits, une pluie intermittente et un vent tout aussi perturbant. Au point de pousser les organisateurs à modifier le final du jour (*).Un peu plus d'un mois après qu'il se soit révélé à la surprise générale en s'imposant sur un coup de bordure et déjà sous les intempéries sur Gand-Wevelgem, Edvald Boasson Hagen, 22 ans dans deux jours a accroché la première victoire de sa jeune mais si prometteuse carrière sur un grand Tour. A Chiavenna, le coureur de la Columbia a démontré la classe d'un talent pour régler ses quatre compagnons d'échappée, le Sud-Africain Robert Hunter (Barloworld), le Russe Pavel Brutt (Katusha) et les Italiens Davide Vigano (Fuji) et Alessandro Bertolini (Diquigiovanni), le doyen (37 ans) de ce Giro.Astana disparaît des maillots...La manière d'emporter la décision de la part du Norvégien laisse admiratif, même si ce dernier, au micro de la RAI, jouait les modestes: Je ne suis pas réellement un sprinteur mais je peux faire le sprint si le groupe n'est pas trop important. Son premier coup de rein aura pourtant été le bon, la concurrence acceptant l'évidence sans broncher ou presque.De leur côté, les coureurs de l'équipe Astana se sont fait remarquer par leur tunique qui n'était le matin, au départ, plus barrée par le nom de leur formation, rendu volontairement illisible en signe de protestation contre un employeur pour le moins indélicat. L'équipe de Lance Armstrong, tout comme l'encadrement, n'a pas été payée le mois dernier. Une démarche à laquelle les organisateurs du Giro, prêts à tous les égards pour sa majesté Armstrong, n'ont rien trouvé à redire et à laquelle l'Union cycliste internationale, qui a fixé un ultimatum au 31 mai, a apporté son soutien.(*) Le jury des commissaires a décidé en raison des conditions atmosphériques d'établir les classements de cette 7e étape sur les temps pris à 3 kilomètres de l'arrivée.