BLOG - Le PSG attire les politiques

  • A
  • A
BLOG - Le PSG attire les politiques
@ REUTERS
Partagez sur :

LA POLITIQUE EN SHORT - Nicolas Sarkozy a assisté à PSG-Lyon, dimanche soir.

Sur le terrain, la star c'est Zlatan. Tous les regards sont braqués sur lui, tous les week-ends au Parc des Princes. Mais dans les tribunes, c'est la surprise à chaque fois. Qui sera dans la fameuse tribune présidentielle ? Et depuis le début de la saison, des hommes politiques se mêlent souvent aux people. Dimanche soir pour PSG-Lyon (victoire 1-0 des Parisiens), l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, était aux côtés de Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG.

La semaine dernière, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était lui aussi l'invité d'honneur au Parc des Princes pour PSG-Evian (un peu moins glamour, certes). Un ancien président et l'actuel Premier ministre en moins de huit jours, c'est plutôt rare, pour ne pas dire inédit. Mais pourquoi les hommes politiques se pressent tant au Parc ?

"Le Parc est redevenu the place to be"

Comme nous l'explique Vincent Chaudel, expert sport du cabinet Kurt Salmon, "le Qatar a une volonté de se créer une image sur la scène internationale à travers le sport". En rachetant des clubs comme le PSG ou Malaga, en récupérant les droits TV de certaines compétitions, le pays montre qu'il existe autrement que par le pétrole ou par le gaz.

S'il est moins surprenant de voir Nicolas Sarkozy au Parc des Princes puisqu'il était déjà fan de foot et du PSG avant d'être président, il est plus étonnant de voir Jean-Marc Ayrault, aux côtés de Nasser al-Khelaïfi. Et en même temps, pas tant que ça...

"La France a des intérêts diplomatiques et économiques avec le Qatar ( comme le projet de financement dans les banlieues). Si Nicolas Sarkozy a entretenu de bonnes relations avec cet émirat du Myen-Orient, il est également intéressant pour le gouvernement socialiste de capitaliser sur cette bonne entente", explique l'économiste du sport Vincent Chaudel.

Et puis, le Parc est redevenu "the place to be". "Au même titre qu'on peut apercevoir un homme politique dans les tribunes de Roland-Garros, on en apercevra de plus en plus à l'avenir au Parc des Princes", affirme Vincent Chaudel. Si l'argent des qataris n'y est pas étranger, les résultats du PSG y jouent certainement un peu également. Quand le PSG faisait des vieux matches nuls contre des équipes de milieu de tableau, on ne voyait pas tout ce beau monde. Bizarre...