Blatter, mauvaise blague sur les gays

  • A
  • A
Blatter, mauvaise blague sur les gays
@ Reuters
Partagez sur :

Le discours du président de la FIFA sur l'accueil des gays au Qatar, en 2022, passe mal.

La question des interdits au Qatar n'a pas fini de faire parler. Lundi, lors d'une conférence de presse bilan sur la Coupe du monde en Afrique du Sud, le président de la FIFA Sepp Blatter a été interrogé sur le traitement qui sera réservé aux homosexuels pendant le tournoi, en 2022 donc, soit dans douze ans.

Embarrassé, et visiblement gêné par la question, le dirigeant suisse, le sourire aux lèvres, finit par lâcher : "je pense qu'ils devraient juste s'abstenir de toute activité sexuelle". Rires (gênés ?) et gloussements dans la salle. Peut-être conscient d'avoir sorti une blague pas drôle, Sepp Blatter enchaîne avec un développement entendu sur le foot et ses valeurs dans un anglais approximatif.

Regardez et écoutez la réponse de Sepp Blatter :

"Nous vivons dans un monde de liberté", "dans le football, nous n'avons pas de frontière", "le football est un jeu dans lequel il n'y a aucune discrimination"... Ces déclarations évasives n'ont pas calmé l'ire des responsables d'associations de défense des droits des homosexuels. Chris Basiurski, président du "réseau de supporters de football gay", n'a guère goûté la plaisanterie. "Beaucoup d'entre eux (des homosexuels) vivent dans des pays où ils risquent l'exécution ou l'emprisonnement s'ils étaient découverts, ces personnes méritent notre aide et notre respect".

Ce militant a demandé au président de la FIFA de "retirer ses propos et de s'excuser immédiatement ou bien de démissionner". Ce que Sepp Blatter ne compte pas faire. D'après la BBC, la FIFA estimerait même que toutes les clarifications ont été faites lors de la conférence de presse. Président de la plus puissante fédération sportive au monde depuis 1998, le Suisse, âgé de 74 ans, s'était déjà signalé lors de son mandat par une phrase à connotation machiste. En 2004, il avait estimé que, pour populariser le football féminin, le meilleur moyen était que les joueuses portent des "shorts plus moulants".