Blanc s'agace sur son contrat

  • A
  • A
Blanc s'agace sur son contrat
Partagez sur :

Une polémique pour rien ? C'est un Laurent Blanc offensif qui a répondu ce lundi à la veille de France-Belgique sur les questions liées à son éventuelle prolongation à la tête de l'équipe de France. Selon l'intéressé, l'heure n'est pas à une discussion sur le sujet avec le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët.

Une polémique pour rien ? C'est un Laurent Blanc offensif qui a répondu ce lundi à la veille de France-Belgique sur les questions liées à son éventuelle prolongation à la tête de l'équipe de France. Selon l'intéressé, l'heure n'est pas à une discussion sur le sujet avec le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët. Sous contrat avec la Fédération française de football jusqu'à la fin de la saison actuelle, soit jusqu'au terme de l'Euro 2012, Laurent Blanc sera-t-il le sélectionneur chargé de qualifier l'équipe de France pour la Coupe du monde 2014 au Brésil ? La question, posée ce lundi dans les colonnes de L'Equipe, manchette en une à l'appui, a eu l'heur d'irriter l'intéressé lorsqu'elle lui a été posée ce lundi au Stade de France lors de la traditionnelle conférence de presse de veille de match. Occupé à préparer la rencontre amicale de mardi face à la Belgique, l'ancien coach des Girondins de Bordeaux a visiblement peu apprécié le «buzz» tenté par le quotidien sportif sur le sujet, qui, selon lui, n'a pas sa place actuellement. Lorsqu'il lui a été demandé s'il avait l'intention de solliciter un rendez-vous avec Noël Le Graët, président de la FFF et visiblement peu décidé à se précipiter sur le sujet, Laurent Blanc a ainsi répondu: "Vous avez décidé de nous mettre en opposition, on ne l'est pas ! Il est venu à midi comme il le fait à chaque fois la veille du match, on a tout intérêt à travailler en collaboration. Notre intérêt commun, c'est l'équipe de France. Je trouve indécent qu'on parle de mon renouvellement de contrat. Sincèrement, ce n'est pas le moment, parce que je n'y pense pas. Notre job, c'est de reconstruire l'équipe de France, on s'y emploie, il y a beaucoup de travail, je ne pense pas à mon cas personnel, je le dis vraiment comme je le pense.""Si on n'est pas d'accord, on se séparera, c'est la vie" Pour Laurent Blanc, pas question de mettre de l'huile sur le feu dans ses relations, parfois tendues, avec Noël Le Graët, avec lequel il s'est d'ailleurs récemment opposé à propos des primes de qualification pour l'Euro 2012, qu'il souhaitait voir étendues à son staff, ce qui lui a été refusé en haut lieu. "Vous êtes partis dans cette idée qu'on va être en opposition, or, on a tout intérêt à ce que l'équipe de France fonctionne bien, on a des échanges qui sont parfois vifs, mais c'est normal, c'est la vie." Quand compte-t-il évoquer son avenir avec le Breton ? Pour Laurent Blanc, il n'y a pas urgence: "Il faudra certainement y songer, se voir, mais qui doit aller voir qui le premier ? Je n'en suis pas à cette réflexion. Et si on n'est pas d'accord sur l'emploi du temps, sur les négociations à mener, on se séparera, c'est la vie. Mais en ce moment, je ne pense pas à ça. Là, personnellement, au mois de novembre 2011, je n'ai rien à lui demander sur mon cas personnel. Il n'y a pas de calendrier, de choses de prévues, de date butoir." Rendez-vous sans doute au printemps 2012 pour évoquer cette prolongation...