Blanc: "On est déçus"

  • A
  • A
Blanc: "On est déçus"
Partagez sur :

Il espérait une victoire, il a eu un nul, c'est un Laurent Blanc forcément déçu qui a commenté vendredi soir le score de parité entre la Biélorussie et la France pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012 (1-1). Pour le sélectionneur, les Bleus, en plus de rater leur entame, ont péché surtout physiquement, usés par une saison qui n'en finit pas.

Il espérait une victoire, il a eu un nul, c'est un Laurent Blanc forcément déçu qui a commenté vendredi soir le score de parité entre la Biélorussie et la France pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012 (1-1). Pour le sélectionneur, les Bleus, en plus de rater leur entame, ont péché surtout physiquement, usés par une saison qui n'en finit pas. Laurent, vous disiez jeudi que vous apprécieriez la valeur d'un éventuel match nul au regard de la physionomie de la rencontre, le nul face à la Biélorussie est-il selon vous un bon ou un mauvais résultat ? Au niveau du score, on est déçus parce qu'on voulait prendre les trois points, comme d'habitude. Mais si on analyse le match, on se rend compte qu'on n'a pas tellement été supérieurs à cette équipe de Biélorussie, donc le score reflète un peu le match que l'on a fait. Même, si on a eu la possession de balle, on a été trop laborieux dans la transmission pour mettre de la vitesse dans le jeu, notamment de derrière. Ce soir, derrière, même si les Biélorusses ne nous ont pas mis en danger, je n'ai pas senti une équipe très sûre et surtout pas senti une équipe très sûre quand elle avait le ballon. On a perdu énormément de temps, ça a favorisé le replacement des Biélorusses qui ont très bien défendu, bravo à eux. La dernière analyse, c'est qu'au niveau international, si physiquement, on n'est pas au moins au même niveau que l'équipe en face, on a beaucoup de difficultés à gagner. C'est paradoxal, dans la mesure où jeudi, vous parliez d'un groupe qui vous avait donné certains gagnes dans le domaine... C'est vrai que les signes étaient très bons, mais ça serait trop facile de dire qu'on débranche la machine, qu'on la rebranche et on y va! On s'aperçoit que c'est beaucoup plus complexe que cela. L'envie était certainement là, mais le corps commande. Florent Malouda a été positionné à droite, cela a plutôt bien marché, qu'en pensez-vous ? Il a fait un bon match, physiquement il lui restait du jus, de la force, il a énormément couru, il a marqué le but aussi, il a été très disponible. Il y a des joueurs qui ont joué à leur niveau parce qu'il leur restait un peu d'essence, il y en a d'autres qui voulaient certainement mieux faire, mais malheureusement, le corps ne suivait pas. "En retard dans les duels" Qu'est-ce qui vous laisse le plus de regrets: le but encaissé ou le fait de ne pas en avoir inscrit un deuxième ? C'est une question difficile. Sur ce match, on a tout fait, même marqué le but des Biélorusses, mais paradoxalement, ça nous a réveillés, on a eu une bonne réaction. Après, je pensais que l'équipe serait capable d'aller chercher un deuxième but, on a eu quelques occasions. Mais cette équipe de Biélorussie nous a pris quatre points, elle doit s'estimer satisfaite car sur les deux matches, on en mérite quelques uns de plus, notamment au match aller. Bravo à elle. Comment expliquer une si mauvaise entame ? On n'avait pas prévu cette entame, vous expliquer pourquoi serait vous dire que c'était prévu. On savait que la Biélorussie était en meilleure forme physique parce qu'elle est en plein Championnat, on savait aussi qu'on allait avoir le ballon, mais le problème de ces matches de juin, c'est que si en plus, vous avez en face une équipe qui choisit de défendre et que vous lui marquez un but, ça la renforce dans ce qu'elle veut faire. En plus, on a été très laborieux dans la transmission de balle, notamment de derrière. La France prend souvent des buts sur coup de pied arrêté, comment l'expliquez-vous ? C'est impossible de tout vous expliquer. C'est un vieux phénomène, mais depuis quand on n'a pas de but sur coup de pied arrêté ? Ça arrive dans le football, et pour l'occasion, c'est même nous qui le mettons. Mais ce que je relève surtout, c'est la faute qui a amené le coup franc, on a été en retard dans les duels, ça a amené beaucoup de coups francs et sur l'un deux, il y a eu un but.