Blanc: "Les joueurs ont très envie"

  • A
  • A
Blanc: "Les joueurs ont très envie"
Partagez sur :

A la veille de la rencontre décisive vendredi soir à Minsk en éliminatoires de l'Euro 2012, Laurent Blanc a livré ses impressions sur l'équipe de Biélorussie. Le sélectionneur des Bleus a tenu à souligner la qualité de cette équipe, tout en rappelant l'objectif: la victoire.

A la veille de la rencontre décisive vendredi soir à Minsk en éliminatoires de l'Euro 2012, Laurent Blanc a livré ses impressions sur l'équipe de Biélorussie. Le sélectionneur des Bleus a tenu à souligner la qualité de cette équipe, tout en rappelant l'objectif: la victoire. Laurent, à quel genre de match devez-vous vous attendre vendredi soir en Biélorussie ? Sera-t-il similaire au match aller, où vous aviez perdu au stade de France (0-1) ? Effectivement, on peut s'attendre à ce type de match car la Biélorussie continue de jouer comme ça. Leur équipe a beaucoup changé, puisque de nouveaux joueurs, et notamment des jeunes, ont fait leur apparition dans le groupe. On ne sait donc pas trop ce qui nous attend. Je pense qu'ils vont nous attendre et jouer en contre, comme ils l'ont si bien fait au match aller. C'est une équipe qui garde la même philosophie de jeu malgré les changements de joueurs, c'est-à-dire qu'elle joue bien au ballon et aime ressortir proprement de derrière, ce n'est pas fait pour nous déplaire non plus. Savez-vous que la Biélorussie doit faire face à une avalanche de blessés ? Ils doivent en effet faire face à quelques joueurs blessés et suspendus. On sait tout ! (rires) Mais depuis quelque temps, le sélectionneur biélorusse a décidé d'appeler de jeunes joueurs. On s'attend à un match difficile, on le prépare comme toujours pour le gagner. Notre motivation a été axée sur notre équipe et pas sur nos adversaires, même si on a regardé tous leurs derniers matches. C'est à nous de préparer la rencontre de la meilleure des manières pour la gagner. C'est une rencontre décisive et pourtant on en parle très peu en France. Est-ce plus facile de gérer ce type de situation ? Qu'on en parle peu ou beaucoup, l'objectif reste le même, c'est la victoire. On est en Biélorussie depuis deux jours et on sait ce qu'on doit faire. On se prépare pour arriver à nos objectifs. Après, que vous en parliez beaucoup ou pas, c'est votre problème, pas le nôtre. Comment se porte le groupe ? Vous devez faire face à des joueurs qui arrivent avec des formes physiques différentes. N'est-ce pas compliqué à gérer ? Effectivement, c'était un peu la problématique de ce stage-là. Paradoxalement, si on avait quelques interrogations, on a fait quelques tests qui prouvent que tous les joueurs sont concernés pour ces matches et ont très envie. Même si la fatigue physique, mais aussi mentale, se fait sentir, les joueurs sont très motivés et veulent gagner ici. Après, Loïc Rémy a une grosse béquille et ne s'est pas entraîné de la semaine et Abou (Diaby) a une cheville douloureuse. En cas de victoire, pourra-t-on dire que la qualification sera acquise ? On aura fait un pas de plus, mais tant que mathématiquement ce ne sera pas fait, on ne sera pas qualifié pour l'Euro 2012. Vous n'allez pas me reposer la même question à chaque match, quand je n'y répondrai pas, ça voudra dire qu'on sera qualifiés... ou pas. "Ribéry a très envie de jouer ce match" Qu'en est-il de Franck Ribéry ? Montre-t-il toujours la même volonté ? Je lui ai dit en début de semaine, il a plein de gaz, plein d'envie, il suffit de voir l'intensité qu'il met aux entrainements, pour avoir la confirmation qu'il a très envie de jouer ce match-là. Avez-vous une certaine appréhension par rapport à la défaite du match aller ? On a toujours une appréhension quand on rencontre une équipe. Mais il faut que cette crainte se transforme en motivation supplémentaire pour gagner ce match, ni plus ni moins. On respecte tous les adversaires, y compris la Biélorussie. Peut-on dire que ce match est une vengeance par rapport au match aller ? Vengeance ? (rires) On reste dans le domaine du sport. J'ai à nouveau regardé le match aller mercredi, et on peut dire que ce résultat est très positif pour eux, ils ont réussi à être très performants sur leurs deux-trois actions dangereuses. Le match nul aurait été équitable, mais ils ont gagné. Mais ne parlons pas de vengeance, n'essayons pas d'employer de tels termes... Est-ce qu'un match nul serait un mauvais résultat vu le classement actuel ? Je ne peux pas vous le dire. Il faudra voir par rapport à la physionomie du match. Si on est dominé, on se contentera du match nul. Par contre, si on domine en ratant plusieurs grosses occasions, on ne pourra être que déçu du score final. On est venus pour gagner, comme tous nos matches. Et la Biélorussie doit également être dans le même état d'esprit. On s'aperçoit d'ailleurs que si on avait fait un match nul à Paris au match aller, on aurait aujourd'hui un point de plus et la Biélorussie deux de moins... Ça n'aurait donc pas été un si mauvais score. C'est à méditer pour vendredi soir, il faudra bien défendre ! La Biélorussie est-elle l'adversaire le plus fort de votre groupe ? On pourrait le croire si on regarde le classement, mais je crois qu'il faut tenir compte de ce calendrier complètement fou. La Biélorussie n'a toujours pas joué son match aller contre la Bosnie, qui n'est pas loin derrière au classement. Alou Diarra sera-t-il le capitaine face à la Biélorussie ? Ça peut être lui, effectivement, il fait partie des joueurs importants de ce groupe. Mais on n'avait pas rendez-vous le 10 juin ? On n'est pas encore le 10.