Blanc: "L'objectif ? La qualification"

  • A
  • A
Blanc: "L'objectif ? La qualification"
Partagez sur :

C'est sous une chaleur suffocante qui a provoqué le report de l'entraînement de veille de match d'une grosse demi-heure que Laurent Blanc s'est présenté jeudi soir vers 17h40 dans la minuscule salle de presse du vétuste Quemal Stafa Stadium pour évoquer le match Albanie-France de vendredi. Une rencontre qui, à en croire le sélectionneur, promet d'être un rude combat face à un adversaire solide chez lui.

C'est sous une chaleur suffocante qui a provoqué le report de l'entraînement de veille de match d'une grosse demi-heure que Laurent Blanc s'est présenté jeudi soir vers 17h40 dans la minuscule salle de presse du vétuste Quemal Stafa Stadium pour évoquer le match Albanie-France de vendredi. Une rencontre qui, à en croire le sélectionneur, promet d'être un rude combat face à un adversaire solide chez lui. Etes-vous satisfait de la manière dont vous avez travaillé cette semaine ? Oui, je suis satisfait, on a un peu travaillé quand vous n'étiez pas là, mardi (à Clairefontaine, ndlr), la journée a été consacrée à un travail technico-tactique, il a fallu composer avec les bobos, c'est un peu classique, c'est rare qu'il y ait un stage où il n'y a pas de bobos, il y a d'ailleurs encore des gens qui ne vont reprendre qu'aujourd'hui. Dont Bacary Sagna, arrivé fiévreux au stage, pourra-t-il tenir sa place vendredi ? Ça peut devenir un problème, on va voir comment il se sent ce soir (jeudi), voir s'il est prêt. Il n'a pas joué depuis le match de l'Udinese (barrage retour de Ligue des champions, ndlr), il a eu problème viral, une perte de poids, mais on va passer au-dessus de ça, on ne peut pas se retrancher derrière ça, sinon vous allez dire après que je suis une pleureuse. Mais le groupe depuis lundi est en meilleure santé. Lundi, on a récupéré des joueurs fatigués, deux avec des problèmes de blessure, un avec un problème viral, là, ils sont en nette meilleure santé. A quel match vous attendez-vous vendredi ? Ça va secouer, je pense, et c'est normal, chacun va jouer avec ses armes. D'après ce que j'ai vu, les Albanais sont invaincus depuis pas mal de temps à domicile, on les a bien vus, encore aujourd'hui. C'est une équipe très regroupée, qui aspire un peu l'adversaire pour repartir en contre de manière habile, avec des joueurs qui, techniquement, ont un potentiel à surveiller. Ils aiment les duels, en l'air, ils ont quelques joueurs de grande taille, il va falloir essayer de trouver les espaces. Ils ne seront pas très nombreux, mais il faudra les mettre en porte à faux par des dribbles, des passes, car ils seront groupés de chez regroupés. Un peu comme contre la Biélorussie en juin ? Les Biélorusses avaient joué avec leurs qualités aussi, mais ils avaient joué assez haut, là, je m'attends à une équipe qui va jouer très bas, ça va dans ce sens-là. On va certainement avoir le ballon, mais dès qu'on aura manqué de maîtrise technique, ils vont partir à 2000 à l'heure. Il faudra surtout bien défendre car l'engagement est leur grosse qualité, surtout à domicile, ils jouent avec beaucoup beaucoup de coeur. Donc pas de jeu direct en perspective ? Si demain on joue en l'air, c'est une cause perdue, car ils ont des joueurs dans l'axe devant la défense, de 1,85-1,86 m, très bons en l'air. Si on balance des ballons devant, ce ne sera pas le meilleur moyen de les mettre en difficultés. Il va falloir jouer notre jeu, ne pas balancer de longs ballons devant, ce n'est pas notre philosophie de jeu, a priori, pas celle que je préconise. Regrettez-vous que vos joueurs ne proposent pas assez de mouvements dans ce jeu que vous préconisez ? Oui, quand on veut jouer d'une certaine manière, ça demande beaucoup de mouvements, les joueurs n'en sont pas forcément conscients. On veut souvent le ballon dans les pieds, mais quand le porteur a plusieurs solutions, c'est quand même mieux, surtout dans notre philosophie. Il y a une équipe qui le fait merveilleusement et qu'il n'est pas question de copier (Barcelone, ndlr) mais aussi de plus en plus d'équipes qui préconisent ce jeu-là, j'ai notamment été étonné par les matches anglais. Ça demande beaucoup de mouvements mais aussi un état physique important. "Si j'étais à sa place (Nasri), je sais où je répondrai" Avez-vous eu une discussion avec Samir Nasri qui, dans France Football, a regretté que vous lui fassiez des reproches publiquement et pas en tête-à-tête ? Oui, comme avec d'autres, mais si j'étais à sa place, à Samir, je sais où je répondrai. Il choisit le terrain qu'il veut, mais j'en connais un très bon pour répondre... Ça vous a agacé ? Non, non... Et Florent Malouda qui, plus subtilement, regrette de ne pas être positionné à gauche ? Il est déjà positionné sur le terrain ! Les joueurs peuvent avoir des revendications, mais tant qu'ils revendiquent et qu'ils sont sur le terrain, c'est la moins pire des choses qui peut leur arriver. Il y en qui peuvent revendiquer certaines choses, ils sont sur le banc ou en tribunes. Mais la meilleure réponse, c'est sur le terrain. Quand tout le monde est bon et qu'on gagne, l'entraîneur est très satisfait. Vous avez l'air de prendre ces états d'âme avec le sourire... Oui, ce ne sont pas états d'âme... Je sais que vous en êtes friands. Mais la chose la plus importante, c'est demain, l'Albanie et la Roumanie. Faisons le nécessaire pour avoir des résultats et vous verrez que tout rentrera dans l'ordre, si ce n'est pas déjà fait. "J'attends qu'on se qualifie" Quel est votre objectif minimum sur ces deux matches ? On verra, qui sait qui peut prévoir ce qu'on va faire demain et contre la Roumanie ? Pourquoi se fatiguer le cerveau ? Mon ambition, c'est de gagner les matches, sans manquer de respect pour les équipes d'Albanie et de Roumanie. On sait que ça va être difficile, c'est à l'extérieur, mais on prépare les matches pour les gagner, je pense que les joueurs sont dans cet esprit-là. Dans la préparation, il y a cette volonté d'aller de l'avant, d'imposer son jeu et de gagner. Le fait de connaître les autres résultats du groupe D quasiment au coup d'envoi changera-t-il quelque chose ? Non, ça changera rien, c'est possible pour la gestion de fin de match, mais dans la préparation, ça ne changera pas grand-chose, ça ne changera pas la composition d'équipe. Souhaitez-vous à moyen terme parvenir à une meilleure animation offensive ? J'attends qu'on se qualifie, c'est la chose la plus importante, ma première préoccupation. Si on pouvait le faire avec du jeu performant et léché, je serais le plus heureux, mais le plus important, c'est l'objectif qui est la qualification, il faut prendre des points, on n'en a pas suffisamment. Si on joue bien et qu'on perd et qu'on ne se qualifie pas pour l'Euro, je sais ce que vous allez faire. Le chemin passe par des victoires. Dans le sport de haut niveau, la chose la plus importante, c'est la victoire.