Blanc: "Ils s'en souviendront"

  • A
  • A
Blanc: "Ils s'en souviendront"
Partagez sur :

Inutile de dire que Laurent Blanc avait tout lieu d'être satisfait de la victoire mercredi de l'équipe de France sur l'Angleterre (2-1), lui qui s'était déjà imposé à Wembley lorsqu'il était joueur, en 1999. Plus que le résultat, le sélectionneur retenait la manière, notamment le jeu produit en première période qui a totalement asphyxié les Anglais. Confessions d'un homme heureux.

Inutile de dire que Laurent Blanc avait tout lieu d'être satisfait de la victoire mercredi de l'équipe de France sur l'Angleterre (2-1), lui qui s'était déjà imposé à Wembley lorsqu'il était joueur, en 1999. Plus que le résultat, le sélectionneur retenait la manière, notamment le jeu produit en première période qui a totalement asphyxié les Anglais. Confessions d'un homme heureux. Quel est le bilan de ce match ? Le premier bilan, c'est le score, qui est très positif. Mais ce qui m'a plu le plus, c'est le jeu. On avait prévu certaines choses pour mettre en difficulté cette équipe anglaise qu'on savait très athlétique, et en première mi-temps, au niveau du football, on a été supérieurs. Mais ce qui me fait plaisir, c'est qu'on a su concrétiser au niveau du score. Donc le bilan est très positif, on avait dit aux joueurs de jouer avec beaucoup de plaisir, mais ça ne suffisait pas, car s'ils voulaient se souvenir de ce match, il fallait le gagner. Moi dans ma carrière, je n'ai joué qu'une fois à Wembley, ça n'arrive pas tous les jours, à voir la joie des joueurs dans les vestiaires, ils s'en souviendront. Que retenez-vous en priorité ? Le jeu, tout simplement. Même si on a eu très peu de temps pour préparer ce match, la philosophie qui était en place, c'est qu'il fallait produire du jeu, jouer à terre, conserver le ballon. On savait que si on proposait du jeu athlétique, ils étaient plus forts que nous dans ce domaine. Et on ne s'est pas affolés, je crois que l'équipe d'Angleterre n'a pas eu une occasion en première mi-temps, même pas un corner. Tout ce qui était prévu s'est traduit ce soir, ça fait plaisir. Quand vous voyez que ça se traduit sur le terrain avec du plaisir et de la percussion offensive, vous êtes heureux et surtout, les joueurs sont heureux de jouer, c'est très bien. Cette victoire vous permet-elle d'accélérer la reconstruction de l'équipe de France ? (Il coupe). La construction. Elle va nous permettre de croire davantage à ce qu'on est en train de mettre en place, mais on est toujours en période de construction. On a un autre match très excitant contre Brésil derrière, face à une opposition sans doute supérieure. Vous êtes impatients de voir l'équipe de France conquérante, on est aussi impatients que vous, mais il fait prendre du temps. Mais ce que j'ai vu ce soir est de nature à rendre optimiste, mais surtout pas euphorique. "L'équipe de France a gagné le milieu" Qu'avez-vous pensé de la prestation d'Eric Abidal ? Il a été très bon, à l'image de l'équipe. Défensivement, il a bien bloqué les rares offensives de l'équipe d'Angleterre, il avait un joueur très rapide qui avait besoin d'espaces pour s'exprimer (Walcott), il a bloqué les espaces. Et offensivement, il a apporté beaucoup, il a créé du danger sur son côté avec Florent Malouda, c'est une soirée positive pour lui. Et les débuts de Mamadou Sakho ? Dans ce secteur, on avait un petit problème avec Philippe Mexès, on n'était pas sûr de compter dessus, car il avait une légère blessure au mollet, j'avais donc prévu de faire entrer Mamadou, il faut aussi penser au club. Donc il était prêt, comme j'ai pu lui dire: "On est satisfait de toi, tu travailles bien, donc prépare-toi bien." J'étais persuadé qu'il allait fêter sa première sélection, il a tenu son rang, c'est une satisfaction supplémentaire ce soir. Avez-vous été surpris par le peu d'impact des Anglais en première période ? Au départ, on avait du mal à visualiser l'équipe qui allait débuter, car ils avaient l'habitude de jouer avec deux grands attaquants athlétiques, là, ils ont changé de système au dernier moment en mettant Gerrard sous l'attaquant, ils voulaient gagner le milieu. Mais ce soir, c'est l'équipe de France qui a gagné le milieu. Quand une équipe a le ballon, c'est toujours une bonne chose, elle fait courir l'adversaire, mais ça ne suffit, pas, il faut ensuite savoir se projeter vers l'avant pour se créer des occasions, on l'a fait on s'est créé quelques situations dangereuses.