Blanc: "Ça réveillerait certains..."

  • A
  • A
Blanc: "Ça réveillerait certains..."
Partagez sur :

C'est un Laurent Blanc d'humeur badine qui a répondu aux questions de la presse française et ukrainienne ce dimanche dans l'impressionnante salle de presse orange et noire (couleurs du Shakhtar) du tout aussi impressionnant Donbass Arena de Donetsk. Le sélectionneur a confirmé son intention de composer lundi face à l'Ukraine une équipe de France modifiée par rapport à celle qui a fait match nul en Biélorussie.

C'est un Laurent Blanc d'humeur badine qui a répondu aux questions de la presse française et ukrainienne ce dimanche dans l'impressionnante salle de presse orange et noire (couleurs du Shakhtar) du tout aussi impressionnant Donbass Arena de Donetsk. Le sélectionneur a confirmé son intention de composer lundi face à l'Ukraine une équipe de France modifiée par rapport à celle qui a fait match nul en Biélorussie. Qu'attendez-vous de ce match en Ukraine ? Comme tous les matches, de voir mon équipe bien jouer, d'essayer de mettre en difficulté l'adversaire. Même si ce n'est pas un match officiel, c'est un match international, certains joueurs vont avoir du temps de jeu, qu'ils saisissent leurs chances. Connaissez-vous la composition de votre équipe ? Oui, je vous dis que des joueurs vont avoir du temps de jeu. Certains n'en ont pas forcément eu beaucoup depuis le mois d'août contre la Norvège, donc certains fêteront leur première sélection. Je ne vais pas vous l'annoncer mais il y aura des changements. C'était prévu et ce n'est pas décidé en fonction du résultat de la Biélorussie, car l'idée est de voir les joueurs et de leur donner du temps de jeu, il faut savoir ce qu'ils valent au niveau international qui est un étage supplémentaire par rapport à ce qu'ils connaissent d'habitude. Cela veut-il dire que les enjeux sont plus individuels sur ce match ? Ce qui compte, c'est quand même l'équipe, le collectif est important parce que c'est la priorité, mais il y a une émulation nécessaire, j'espère que certains vont tirer leurs performances par le haut et se poser en candidats sérieux pour bousculer les autres. Il ne faut pas installer un certain confort, c'est aux joueurs de bousculer les choses, pas au sélectionneur, et ça serait une bonne chose, ça réveillerait certains... Parce que vous estimez que certains joueurs se sont endormis ? Vous avez vu le match contre la Biélorussie comme moi. J'ai été déçu par la production collective, à part trois-quatre joueurs qui ont été à leur niveau, les autres ont été en dessous de leur niveau. J'ai le droit comme tout entraîneur de les mettre en concurrence. Un des enjeux de cette tournée, c'est aussi de savoir ce que des joueurs valent au niveau international. N'est-ce pas cependant envoyer les nouveaux au casse-pipe ? Il faut voir qu'on a un gros problème de fraîcheur, la fraîcheur est un élément important. Faire un match tous les trois jours à cette période, ce n'est pas la meilleure des choses. C'est vrai qu'il manquera un peu d'expérience, mais la chose la plus importante pour un joueur, c'est qu'il joue, quel que soit le contexte, sachant qu'ils seront quand même encadrés par certains joueurs ayant une expérience internationale. Peut-on s'attendre à une petite révolution dans votre colonne vertébrale ? Je le répète, la composition ne sera pas une composition d'équipe en fonction du score de la Biélorussie, c'était prévu. Il n'y a jamais de bons moments pour débuter, mais il faut bien débuter un jour, il y aura pas mal de changements et la colonne vertébrale sera différente. Regrettez-vous au final que cette tournée soit si longue ? Non, je n'ai pas de regrets, on est quasiment comme toutes les équipes nationales. On a rajouté un match contre la Pologne, mais le 3 et le 7 sont des dates Fifa. En plus, c'est tellement difficile de travailler avec les joueurs, on se plaint de ne pas les avoir suffisamment à disposition pendant l'année, donc même s'ils ne sont pas dans les meilleures dispositions, ça permet de mieux les connaître et de travailler sur le terrain. "Il manque un grand leader technique" Ce match peut-il aussi être l'occasion de tester une nouvelle animation offensive ? Ce que je vois, c'est qu'on peut avoir la même animation offensive avec des joueurs de qualités différentes, il y a un certain équilibre, on peut jouer dans le même système, pourquoi vouloir changer de système avec des joueurs différents ? Etes-vous impressionné par le stade de Donetsk et que pensez-vous de la ville ? La ville, je ne la connais pas très bien, mais le stade que je viens de découvrir est un stade magnifique, il y a tout, la salle de presse est extra, même pour les journalistes, les vestiaires sont extraordinaires, la pelouse est dans un état magnifique, le surnom de ce stade, je crois que c'est "le diamant", c'est vraiment le cas. Quant à la ville, je ne pense pas avoir le temps de la visiter. Que pensez-vous de l'équipe d'Ukraine ? C'est prévu qu'on la visionne ce soir, elle n'a pas le souci de se qualifier car elle déjà qualifiée (en tant que pays organisateur, ndlr), on connaît quelques joueurs, on sait que c'est une équipe qui joue bien au ballon, ce sera une bonne opposition pour nous. Vous avez été membre de l'équipe de France "magnifique" des années 1998-2000, vous êtes maintenant l'entraîneur, combien de temps pensez-vous qu'il faudra pour arriver au niveau de cette équipe ? Je crois que cette équipe de France est en construction avec des jeunes joueurs. On a de bons joueurs, mais il manque encore un leader technique dans cette équipe, comme on pouvait l'avoir en 98, un génie qui nous faisait bien jouer quand on n'était pas très en forme. Si dans les mois à venir, on en a un, deux ou trois qui arrivent à devenir de très grands joueurs, l'équipe de France peut avoir légitimement des ambitions dans les compétitions internationales. Mais ce n'est pas encore le cas à mon sens aujourd'hui. Cette équipe ressemble beaucoup plus à l'équipe de France de 1996, juste avant l'Euro, j'espère qu'elle obtiendra les mêmes résultats qu'en 98 et 2000, mais ce n'est pas gagné.