Blake, l'étoile filante

  • A
  • A
Blake, l'étoile filante
Partagez sur :

Usain Bolt a eu beau décrocher la meilleure performance mondiale de l'année sur 100m en 9"76, la "Foudre" n'est pas restée bien longtemps la star de la soirée. Quelques minutes après son succès, Yohan Blake a réussi un chrono phénoménal de 19"26 sur 200m, soit le deuxième chrono de tous les temps, à sept centièmes seulement du record du monde de Bolt. Un coup de tonnerre totalement inattendu, et qui change beaucoup de choses.

Usain Bolt a eu beau décrocher la meilleure performance mondiale de l'année sur 100m en 9"76, la "Foudre" n'est pas restée bien longtemps la star de la soirée. Quelques minutes après son succès, Yohan Blake a réussi un chrono phénoménal de 19"26 sur 200m, soit le deuxième chrono de tous les temps, à sept centièmes seulement du record du monde de Bolt. Un coup de tonnerre totalement inattendu, et qui change beaucoup de choses. Plus qu'inattendu, c'était carrément impensable. Quand Usain Bolt est de sortie, il ne peut y avoir d'yeux que pour lui, à tel point qu'on en avait quasiment oublié que Yohan Blake prendrait part au 200m de Bruxelles. A la limite, l'unique intérêt porté à Blake se situait sur son absence de la distance reine, laissant la "Foudre" seule pour essayer de décrocher la meilleure performance mondiale de l'année. Et encore... Mais la meilleure réponse reste celle des chronos, et le récent champion du monde du 100m s'est rappelé au bon souvenir de la planète de l'athlétisme... sur le demi-tour de piste donc. On savait que quand Bolt se fâchait, ça pouvait faire très mal, on sait aussi désormais que quand Blake va décider de mettre les cannes, ça ne rigolera pas non plus. Avec un temps ahurissant de 19"26, ce dernier a laissé tout le stade du roi Baudoin bouche bée. Au moment de réagir une petite heure après avoir déclenché le tonnerre, Yohan Blake se montrait étonnamment calme, devant les caméras d'Orange Sport. "Je m'attendais plutôt à faire 19"50, je suis très satisfait de mon temps." On le serait à moins, alors qu'un 19"50 aurait déjà fait parler dans les chaumières... En 19"26, Blake se place comme le deuxième meilleur athlète de tous les temps sur 200m. Rien de moins. Dès l'arrivée, Bolt l'attendait et l'a pris dans ses bras, non sans avoir du mal à dissimuler un sourire un peu amer: "Je m'entends très bien avec Bolt, et j'attends une confrontation l'année prochaine pour voir ce que ça donnera", s'est contenté d'affirmer Blake. Bolt: "Il a fait une belle course" Arrivé sur le stade de Bruxelles en calèche, le triple recordman du monde n'en repartira certainement pas de la même façon. Certes, Bolt a réussi à récupérer in extremis la meilleure performance mondiale de l'année en 9"76. Mais à la lumière de ce que son partenaire d'entraînement a réussi, seulement cinq minutes après lui, le costume de prince de l'athlétisme en 2011 a changé d'épaules. En 2011, bien sûr. "Je suis très content pour lui, il a fait une belle course", a simplement déclaré Bolt à propos de Blake. Plus prolixe sur sa course, il s'est dit satisfait: "J'ai eu un bon temps de réaction, je suis content de ce que j'ai fait." Au coeur d'une course de très haut niveau, puisque la plus rapide de la saison, Jimmy Vicaut s'est plutôt bien défendu. Le Français, tout frais médaillé d'argent mondial sur 4x100m et 6e de la finale du 100m à Daegu, s'est classé 5e à Bruxelles avec un temps de 10"13. "Je pars très mal, j'essaie de revenir et je fais quand même une bonne course. Je suis très heureux de cette saison, j'ai fait Daegu, la Diamond League." Quant à ses objectifs, le sprinteur tricolore ne s'est pas démonté: "L'an prochain, j'espère une finale aux Jeux, et pour le reste on verra..." Au côté de Christophe Lemaitre, Vicaut veut clairement se poser en deuxième homme du sprint français, si ce n'est mieux à l'avenir. Pour ne pas faire trop pâle figure face à ces terribles Jamaïquains, il faudra au moins ça. En Belgique, ce sensationnel doublé Bolt-Blake a tout résumé de l'athlétisme actuel. Il y a Bolt, il y a Blake, parfois il y a Powell, et il y a les autres.