Blake a assumé

  • A
  • A
Blake a assumé
Partagez sur :

Yohan Blake a assorti son titre de champion du monde du 100m, il y a dix jours à Daegu, d'un joli chrono de 9"82 qui améliore sa meilleure performance d'un dixième, lors du meeting de Zurich (premier volet des finales de la Diamond League). Sans Bolt ni Lemaitre, Powell avait pris le meilleur départ, mais s'est écroulé - volontairement semble-t-il - dans les 50 derniers mètres (ce qui ne l'empêche pas de gagner le diamant).

Yohan Blake a assorti son titre de champion du monde du 100m, il y a dix jours à Daegu, d'un joli chrono de 9"82 qui améliore sa meilleure performance d'un dixième, lors du meeting de Zurich (premier volet des finales de la Diamond League). Sans Bolt ni Lemaitre, Powell avait pris le meilleur départ, mais s'est écroulé - volontairement semble-t-il - dans les 50 derniers mètres (ce qui ne l'empêche pas de gagner le diamant). Yohan Blake n'est pas un champion au rabais. Il a simplement profité des circonstances pour répondre présent le jour J. Mais dans l'imaginaire collectif, le tout jeune Jamaïquain restera longtemps comme celui qui a profité du faux départ de Bolt... Alors, le meilleur moyen pour convaincre les sceptiques, ça reste évidemment de réussir de gros chronos. Et le champion du monde s'y est employé, améliorant de sept centièmes son record personnel, en remportant le 100m en 9"82 à Zurich. Le tout au terme d'une course bizarroïde, puisqu'Asafa Powell semblait parti pour soigner son retour suite à un excellent départ, avant de franchement ralentir dans les 50 derniers mètres. "Je ne suis pas vraiment à la recherche d'un temps, disait pourtant Blake mercredi, dans des propos relayés par le site de la Diamond League. J'aime laisser mes pieds parler pour moi, et le temps viendra si j'exécute une course parfaite." Il est venu, et bien venu. Avec ce chrono, le voilà deuxième meilleur sprinteur de l'année, devant Usain Bolt (par exemple). Mais toujours derrière l'énigme Powell... Il n'est pas certain que ce dernier ait réussi à résister à l'ultime accélération de Blake, mais il semblait quand même parti pour. Au lieu de quoi, il n'y a pas eu de match, puisque le toujours détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année (en 9"78) a terminé 2e en 9"95. Powell, les adducteurs sifflent encore En même temps, Powell avait prévenu. "La blessure n'est pas complètement partie", indiquait-il ainsi à la veille de l'épreuve. Ça s'est vu, puisque le Jamaïquain a donc stoppé petit à petit son effort - à partir des 60m environ - pour finir quasiment à l'arrêt, mais 2e malgré tout sur la seule lancée de son départ. Preuve que les adducteurs ont à nouveau sifflé, s'il en fallait une de plus: le relais 4x100m, qui a clôturé le meeting, s'est fait sans Powell pour la Jamaïque. Loin, très loin de son record du monde égalé en 2006 au Letzigrund, le grand absent des Mondiaux n'hésitera sûrement pas à revenir à Zurich malgré tout. "J'ai de bons souvenirs ici, déclarait-il mercredi. De la bonne nourriture, je pense que c'est la meilleure sur le circuit." Au moins, il n'aura pas tout perdu... Quant à Walter Dix, lui qui ne s'imaginait pas partir de Daegu "sans médaille d'or" avant le 200m - et qui en a donc été pour ses frais - n'a pas brillé en Suisse, se contentant d'une 3e place en 10"04. Beaucoup moins prétentieux, le médaillé de bronze surprise des Mondiaux, Kim Collins, a lui aussi terminé loin, 5e en 10"09. S'il veut récupérer la meilleure performance mondiale de l'année, Bolt sait en tout cas ce qui l'attend désormais. Le triple recordman du monde a réclamé et obtenu des organisateurs du meeting de Bruxelles, où se déroulera la semaine prochaine le deuxième volet des finales de la Diamond League, qu'un 100m soit ajouté au programme. Pour du beurre, en tout cas dans la course au diamant. Car pour le reste, c'est-à-dire la première place des bilans, la voie paraît libre.