Blain: "Une excellente base"

  • A
  • A
Blain: "Une excellente base"
Partagez sur :

Présent au CNOSF, ce jeudi, lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée de la Ligue nationale de volley-ball, Philippe Blain a profité de l'occasion pour dresser un bilan succinct de l'escapade tricolore lors du Championnat d'Europe austro-tchèque. Satisfait du comportement de ses troupes, le sélectionneur des Bleus a salué plus particulièrement les performances d'Earvin Ngapeth, Samuel Tuia et José Trèfle.

Présent au CNOSF, ce jeudi, lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée de la Ligue nationale de volley-ball, Philippe Blain a profité de l'occasion pour dresser un bilan succinct de l'escapade tricolore lors du Championnat d'Europe austro-tchèque. Satisfait du comportement de ses troupes, le sélectionneur des Bleus a salué plus particulièrement les performances d'Earvin Ngapeth, Samuel Tuia et José Trèfle. Philippe, quel bilan tirez-vous de ce Championnat d'Europe ? D'un point de vue comptable, on avait comme objectif d'arriver en quart de finale. Ce qu'il faut surtout retenir, c'est la qualité de jeu que l'on a produit en quarts à la Serbie. C'est une excellente base pour les prochaines compétitions. On sait qu'on est capable de jouer à très haut niveau et de tenir la dragée haute au Champion d'Europe. On a vu que ce groupe-là avait besoin d'une compétition comme le Championnat d'Europe pour se créer un vécu. La balance est donc plutôt positive... Oui. Après, il y a eu trop de nervosité face à des équipes "de notre niveau" comme la Belgique. On sait à présent qu'il ne faut mieux pas être dans le doute ou la nervosité face à un adversaire contre lequel il faut gagner. C'est un vécu émotionnel important pour cette génération. Ce sont des enseignements qui devraient être positifs pour la suite. On savait qu'on souffrirait en réception mais là aussi ça s'est amélioré au fil de la compétition. Globalement, c'est positif, même si on aurait rêvé de passer en demi-finales parce qu'on est ambitieux. Pensez-vous qu'il y avait un coup à jouer face à la Serbie ? Oui, mais il aurait fallu accéder à ce fameux tie-break ou peu-être mieux gérer l'avance qu'on avait dans le premier set pour arriver à le gagner. Au vu de ce qu'a fait la Serbie en demi-finale et finale, je crois qu'on a fait un beau Championnat d'Europe. On peut dire qu'on est fiers d'avoir perdu contre une équipe comme celle-là qui, chaque fois dans les moments importants, a su aller chercher des résultats face à tous ses adversaires. "Il faut battre tout le monde" Quelles ont été les révélations tricolores de cet Euro austro-tchèque ? Il y en a plusieurs. Il y a d'abord Earvin (Ngapeth, ndlr), pas seulement sur sa prestation sportive parce qu'on connaissait ses qualités à l'avance, mais aussi sur ce qu'il a mis en oeuvre tout au long de la préparation. Il a construit beaucoup de choses cet été, il était très intéressant. Samuel Tuia a aussi appris énormément durant ces Championnats d'Europe, il a été le meilleur tout au long de la préparation. On a eu le sentiment que ce dernier aurait pu lâcher davantage les chevaux à certains moments... Il n'a pas toujours confirmé lors des Championnats d'Europe mais il faut dire que ce rôle de titulaire est un peu nouveau. Il a eu un peu de mal à se lâcher, par contre il a été excellent face aux Serbes. C'est une bonne révélation, tout comme José Trèfle qui est une bonne surprise. On a beaucoup travaillé au niveau du service, il a même réussi à faire un ace en quart de finale d'ailleurs il doit toujours nous payer un coup à boire (rires). C'est une bonne surprise, il a apporté beaucoup offensivement. La qualification olympique est semée d'embuches... Concrètement ça passe par quoi ? C'est super simple, il faut battre tout le monde dans tous les matches qu'on va disputer jusqu'aux Jeux Olympiques (rires).