Bingo: "Redoubler d'efforts"

  • A
  • A
Bingo: "Redoubler d'efforts"
Partagez sur :

Alors que Tremblay s'est qualifié samedi, pour la finale de la Coupe des Coupes, Arnaud Bingo continue de vivre une année 2011 quasi-parfaite. Champion du monde en début d'année, l'ailier gauche tricolore apprend désormais à vivre avec son nouveau statut. Une situation que le jeune homme vit plutôt bien, avide de progression, pour notamment s'installer définitivement en équipe de France.

Alors que Tremblay s'est qualifié samedi, pour la finale de la Coupe des Coupes, Arnaud Bingo continue de vivre une année 2011 quasi-parfaite. Champion du monde en début d'année, l'ailier gauche tricolore apprend désormais à vivre avec son nouveau statut. Une situation que le jeune homme vit plutôt bien, avide de progression, pour notamment s'installer définitivement en équipe de France. Arnaud, quelle portée a cette qualification en Coupe des Coupes ? C'est historique pour le club, comme pour nous les joueurs. Pour la ville, c'est également un grand moment. Comment, vous les joueurs, avez vécu ce match, que vous gagnez tout juste de quatre buts ? Il ne fallait par faire plus, donc on a fait ce qu'il fallait. Si on avait dû gagner de six buts, on l'aurait fait (rires). On a fait le match qu'il fallait. Il y avait vraiment tous les ingrédients pour qu'on gagne ce match. On a eu un super public qui était derrière nous, une bonne défense et de l'efficacité en attaque. On a très bien su gérer ce match. Je suis vraiment content de ce résultat. Et maintenant c'est Gummersbach en finale, avez-vous déjà une idée de ce qui vous attend ? Ça va un peu ressembler à Pampelune. On était annoncé comme le Petit Poucet, et on les a sortis. Maintenant on sait très bien que Gummersbach, c'est une grosse équipe allemande. Mais on n'ira pas la fleur au fusil pour se faire marcher dessus, bien au contraire. On ira pour gagner, même si on sait que ça va être difficile. Vous replongez dans le championnat dès mercredi face à Ivry, est-ce compliqué à gérer ? Non, pas du tout, ça fait partie de notre métier. On a désormais pris l'habitude de jouer les matches en Coupe d'Europe et d'enchaîner avec le championnat. Au contraire, c'est toujours intéressant de revenir en championnat pour confirmer nos victoires européennes. Puis si on veut recommencer une aventure européenne, il faut forcément passer par le championnat, et donc gagner dès mercredi face à Ivry. " Le jeu est sans doute moins ouvert qu'avant pour moi" Vous attendez-vous à un match facile face à une équipe d'Ivry qui souffre actuellement ? On ne compte pas sur eux pour être mauvais (rires) ! On va plutôt compter sur notre équipe et notre défense. On n'attend rien d'Ivry, on va juste chercher à faire un bon match pour aller chercher la victoire. Plus personnellement, vous sentez-vous plus attendu par les adversaires depuis les championnats du monde ? C'est vrai que ça a beaucoup changé. Le jeu est sans doute moins ouvert qu'avant pour moi. Mais ça fait partie de l'apprentissage, et du jeu. Il faut l'accepter. C'est là que ça devient de plus en plus intéressant. Il faut redoubler d'efforts pour réussir ce que je réussissais plus facilement avant. Votre coach a-t-il un discours particulier par rapport à ça ? Non, rien de particulier. Il faut juste s'adapter. Par moments, au lieu de forcer le jeu il faut lâcher le ballon et se débrouiller autrement. Et ce n'est pas plus mal car ça me permet de découvrir d'autres aspects du jeu. Le tout pour pouvoir retourner en équipe de France à chaque rassemblement... Oui, ce serait idiot de dire que ce n'est pas un objectif. C'est le but du jeu de vouloir y retourner tout le temps, et de ne pas rester sur la touche. J'ai envie de me faire une place petit à petit.