Bientôt des F1 à moteur électrique ?

  • A
  • A
Bientôt des F1 à moteur électrique ?
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Une monoplace équipée d'un moteur électrique a tourné à Magny-Cours et au Mans.

F1 - Une monoplace équipée d'un moteur électrique a tourné à Magny-Cours et au Mans. Depuis plusieurs saisons, la F1 fait tout pour mettre en avant sa bonne conscience écologique. Système de récupération d'énergie cinétique, moteurs turbocompressés et même plantation d'arbres censée neutraliser les effets de la pollution... Quelle sera la prochaine grande révolution ? Elle pourrait bien concerner la nature du moteur. Une F1 équipée d'un moteur électrique a en effet tourné sur les circuits de Magny-Cours et du Mans au mois de septembre, dans le cadre d'un projet confidentiel mené depuis deux ans. Évidemment, les performances sont pour le moment loin d'être équivalentes aux monoplaces qui ont brillé, dimanche, à Singapour. L'objectif avancé : arriver à des performances "équivalentes à celles d'une Formule 3 à moteur thermique, avec une autonomie de 15 à 25 minutes, selon les circuits", a expliqué à l'AFP David Barrière, l'un des responsables de Formulec, qui travaille en liaison sur ce projet avec Segula Technologies, groupe basé à Nanterre spécialisé dans les métiers de l'ingénierie et du conseil en innovation. Le châssis modifié de la Brawn 2009 Formulec dispose de partenaires prestigieux : Siemens (moteur), Saft (batteries) et Michelin (pneus). Et le châssis de la monoplace n'est autre que celui de la Brawn GP championne du monde l'an dernier. Il a été néanmoins modifié pour accueillir le moteur et les deux batteries dans des conditions compatibles avec des performances élevées. L'ensemble, qui pèse environ 700 kilos, peut rouler jusqu'à 250 km/h, contre plus de 300 km/h pour une F1 classique. Deux jeunes pilotes français, Jules Bianchi, qui court en GP2, et Alexandre Prémat, qui dispute les DTM Series, ont été chargés des premiers tours de piste. Les patrons de Formulec, Eric Barbaroux et Pierre Gosselin, souhaitent d'abord présenter leur monoplace en 2011 dans diverses manifestations, puis lancer en 2012 ou 2013 un championnat réservé exclusivement à des monoplaces à propulsion électrique. Dans le domaine du tout électrique, le Trophée Andros avait ouvert la voie l'hiver dernier. Et un peu partout en Europe, des projets de voitures de courses à propulsion électrique voient le jour, essentiellement dans l'endurance. Un sport auto tout électrique, c'est peut-être en marche...