Bidégorry présente son équipe

  • A
  • A
Bidégorry présente son équipe
Partagez sur :

Après deux mois et demi d'attente, Banque Populaire V a franchi samedi à 12h11'45" la ligne de départ du Trophée Jules-Verne et Ouessant et le Cap Lizard. A son bord 14 hommes décidés à déposséder Groupama 3 de son record (48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes). Avant le départ, le skipper Pascal Bidégorry avait accepté de nous présenter son équipage.

Après deux mois et demi d'attente, Banque Populaire V a franchi samedi à 12h11'45" la ligne de départ du Trophée Jules-Verne et Ouessant et le Cap Lizard. A son bord 14 hommes décidés à déposséder Groupama 3 de son record (48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes). Avant le départ, le skipper Pascal Bidégorry avait accepté de nous présenter son équipage. HORS QUART (*) Pascal Bidégorry, 43 ans, skipper et barreur: "Un rôle de métronome" "Le casse-couilles de service, il en faut bien un ! Sur ce genre de projet, il faut essayer de trouver le doux compromis entre avoir une ligne directrice, savoir où on va, comment on y va, avec quels moyens et le tout sans perdre de temps. Car le temps est la richesse la plus importante dans ce type de projet, indépendamment du pognon. Ensuite, il faut avoir un rôle de métronome sur la vie du groupe à terre et en mer, être un plus, sans en faire trop." Juan Vila (Espagne), 50 ans, navigateur: "Un «king»" "On se connaît un peu par hasard, on avait fait des petits entraînements avec Alinghi pour la Coupe de l'America, on s'est rencontrés là, et après, on a fait du bateau ensemble. Je me suis dit: "Il est bon, ce gars, et puis sympa." Et de discussion en discussion, je me suis rendu compte que notre projet lui plaisait, on a essayé de naviguer ensemble, et ça s'est super bien passé. Je suis ravi qu'il soit à bord avec nous, parce qu'il est excessivement doué dans sa spécialité, c'est vraiment un «king» comme on dit, il a une grosse expérience du tour du monde, peut-être un peu moins du multicoque même s'il a fait la Coupe avec Alinghi, et c'est un gros bosseur, gentil, il est super facile à intégrer dans un équipage existant." QUART N°1 Yvan Ravussin (Suisse), 45 ans, chef de quart, responsable vidéo et composite: "Le Suisse cool" "Avec Yvan, on fait du multi ensemble depuis 2004, on a tout fait ensemble, sauf la Transat Jacques-Vabre que j'ai courue avec Lionel (Lemonchois) et la Route du Rhum. Autrement, tout ! C'est un ami, le Suisse avec sa particularité, c'est-à-dire hyper cool, calme, zen, gentil, simple à vivre, c'est le petit sourire du bord." Brian Thompson (Grande-Bretagne), 48 ans, barreur/régleur: "L'Anglais typique" "On se connaît de ponton en ponton, il était venu nous voir l'hiver dernier sur le quai, je me suis dit: "On a pris un Espagnol, pourquoi pas un Anglais ?" Brian, c'est vraiment l'Anglais typique: très organisé, très cartésien, méticuleux, tout est bien rangé avec lui, et moi j'adore, ça fait du bien un peu de rigueur dans le côté un peu latin des Français !" Thierry Chabagny, 38 ans, barreur/régleur, responsable voiles: "Il s'éclate" "Thierry nous a rejoints il y a un an et demi, je le connaissais du Figaro, il a montré sur les deux derniers Figaro que c'était un "king". Il est peut-être un peu trop gentil, trop discret pour réussir et trouver de l'argent, parce que c'est le nerf de la guerre, c'est vraiment ce qu'il lui manque aujourd'hui car il a tout le reste. Il est venu, a bossé, s'est super bien intégré, il barre bien le bateau, il est confiant, et je pense qu'il s'éclate, ça se voit chez lui. Enfin, c'est un gentil garçon, c'est d'ailleurs le lot commun de l'équipage." Pierre-Yves Moreau, 40 ans, n°1, responsable accastillage composite: "Il sait tout faire" "Très rapidement j'ai voulu le mettre navigant parce qu'il sait tout faire sur un bateau. En mer, il est top, il a la banne, il n'a jamais froid, jamais faim, il n'a jamais mal quelque part, c'est pas mal d'avoir des gars comme ça ! Ça fait deux-trois ans qu'on navigue ensemble, à un moment donné, ça a été une évidence de le mettre à bord du bateau." QUART N°2 Frédéric Le Peutrec, 45 ans, chef de quart: "On est raccord" "Je le connais depuis pas mal de temps, on a souvent été adversaires, on a assez échangé sur notre vie de marin, sur la façon de concevoir les bateaux et notre métier, sur l'utilisation des bateaux en mer, pour se rendre compte qu'on était assez raccord. Et c'est quelqu'un que j'aime bien, il est simple, humble, il fait avant tout du bateau par plaisir. Je l'ai appelé à son retour (du Jules-Verne, avec Groupama 3) pour savoir s'il était partant pour une petite pige avec nous, ça s'est fait et j'en suis content." Emmanuel Le Borgne, 33 ans, barreur/régleur, responsable médical: "De l'or entre les mains" "On a commencé ensemble en 2005-06, avec le 60 pieds, on commençait déjà à réfléchir au projet de gros bateau. C'est un garçon aussi discret que talentueux, c'est d'ailleurs son défaut, il ne veut pas du tout se mettre en avant, alors qu'il a de l'or entre les mains. Il barre super bien, il règle super bien les voiles, quand il monte sur un bateau, il sent les choses en deux secondes. Il est venu faire du D35 un week-end, il n'avait jamais navigué, et au bout de cinq minutes, tout était en route. Il s'est intégré dans l'équipage, il est super gentil, c'est un amour de garçon." Erwan Tabarly, 36 ans, barreur/régleur, responsable électronique: "Super efficace" "Erwan, c'est même combat: un super talent, super efficace en météo et en conduite de bateau. On a fait la nav ensemble sur le record de la Méditerranée. Le jour où il sera un peu plus méchant dans sa façon d'être sur l'eau, il gagnera, car il ne lui manque que ça. Il est trop respectueux de ce qui l'entoure, mais à un moment gagné, quand on veut gagner en solitaire, il faut être nombriliste jusqu'au bout." Ronan Lucas, 38 ans, directeur technique du Team Banque Populaire, n°1, responsable sécurité: "Mon chef, mon ami, mon confident" "Ronan, c'est un peu tout: mon chef, mon ami, mon confident, la personne avec laquelle je vis tous les projets Banque Populaire depuis sept ans. Il a un gros esprit de compétition, je suis ravi qu'il soit à bord parce que je n'aurais pas pu imaginer ce truc sans lui." QUART N°3 Jérémie Beyou, 34 ans, chef de quart: "Témoin de son mariage" "Avec Jérémie, on navigue ensemble depuis 2000. La première course ensemble, c'était la Transat AG2R, il m'avait téléphoné l'hiver, je ne le connaissais pas. Depuis, on a fait des trucs ensemble, des transats, préparer des Figaro chacun avec son bateau, j'étais témoin de son mariage, on a une vie riche humainement. A côté de ça, il est super bon en bateau, j'ai super confiance en lui, il me connaît bien, mes qualités et mes défauts, moi aussi je le connais bien." Kevin Escoffier, 30 ans, responsable du bureau d'études, barreur/régleur, responsable vidéo: "Un très gros potentiel" "Très brillant, très intelligent, jeune, un très gros potentiel en devenir." Xavier Revil, 39 ans, barreur/régleur, responsable avitaillement: "Rien n'est fait au hasard" "Il navigue avec nous depuis un an et demi, il afait la totale depuis, le gros bateau et le circuit en D35, on a passé enormément de temps ensemble. C'est quelqu'un de très rigoureux, ce n'est pas un hasard s'il s'occupe de l'avitaillement, il fait les choses de manière très méticuleuse. Il a amené ses compétences du petit bateau et de la barre. Il vient de l'olympisme et ça se voit: rien n'est fait au hasard, c'est même surprenant de le voir noter autant de trucs." Florent Chastel, 40 ans, n°1, responsable médial et gréement: "Il fait partie du noyau dur" "On fait du bateau ensemble depuis 2004, il fait partie de la garde rapprochée des premiers Banque Pop, du Championnat Orma 2005, toute cette fine équipe, la première course, l'IB Group Challenge, il y avait Florent, Yvan, Ronan, Jérém', Lionel (Lemonchois). Il fait partie du noyau dur. Un mec qui connaît très bien les bouts, très gros sportif, très bonne connaissance de la plage avant, il a son caractère et sait s'imposer quand il faut." (*) A bord de Banque Populaire V, l'organisation s'articule autour de trois quarts de quatre personnes: un sur le pont, un en stand-by, un de repos. Les manoeuvres se font en revanche à douze. Pascal Bidégorry, skipper, et Juan Vila, le navigateur, sont hors quart