Biarritz y a mis du coeur

  • A
  • A
Biarritz y a mis du coeur
@ Maxppp
Partagez sur :

COUPE D'EUROPE - Biarritz est en demi-finale après sa victoire sur les Ospreys (29-28).

COUPE D'EUROPE - Biarritz est en demi-finale après sa victoire sur les Ospreys (29-28). Quatre ans après sa dernière apparition à ce niveau, Biarritz retrouve le dernier carré de la Coupe d'Europe. Vainqueur des Ospreys, samedi, à Anoeta (29-28), le BO s'est en effet qualifié pour la quatrième demi-finale européenne de son histoire après 2004, 2005 et 2006. Un succès obtenu de haute lutte face à une équipe galloise talentueuse, quasi copie du XV du Poireau aperçu dans le tournoi des VI Nations cette saison. A une semaine de disputer sa place pour les phases finales du Top 14 face au Racing Metro, les Biarrots ont également engrangé une précieuse louche de confiance, même en y laissant "pas mal de jus", selon Damien Traille au micro de France 2. "Cette victoire, il faut l'apprécier". Au coup de sifflet final, Dimitri Yachvili, toujours au micro de France 2, sait apprécier une victoire qui fut bien difficile à aller chercher, même si pour le demi de mêlée international, le BO "a montré de belles choses". Parmi celles-ci, on peut noter l'essai astronomique de Ngwenya, auteur d'une course de folie de plus de 85 mètres sur la première réalisation (12e). Dans la catégorie des bons points, Damien Traille, et plus particulièrement son pied, en mérite quelques-uns puisque le centre a inscrit la bagatelle de trois drops, qui pèsent lourd dans la balance finale. Malgré tout, tout n'est pas parfait, "on s'est mis en difficulté tout seul", explique ainsi Traille. "On a eu du mal à fermer notre défense", confirme Yachvili. Ainsi, le club cher à Serge Blanco a encaissé trois essais par Jones (19e), Byrne (34e) et Walker (75e), mais les Gallois n'ont pas toujours su concrétiser leurs occasions, montrant même un peu de fébrilité au pied en fin de match. Si les cinq dernières minutes furent difficiles, la victoire n'en est que plus belle, et pour Yachvili, il faut désormais penser à "boire une petite bière, avant de rentrer à Biarritz". Il sera alors temps de penser au Racing.