Biarritz-Racing reporté

  • A
  • A
Biarritz-Racing reporté
Partagez sur :

RUGBY: En raisons des pluies qui se sont abattues sur Biarritz, la rencontre opposant les Basques au Racing-Métro 92 a été reporté

En raisons des pluies intempestives qui se sont abattues sur Biarritz ce jeudi, la rencontre opposant les Basques au Racing-Métro 92 a été reporté à une date ultérieure. Une décision qui aura au moins le mérite de soulager le sélectionneur du XV de France avant le rassemblement des Bleus pour leur premier match-test face à l'Afrique du Sud. Les entraîneurs de l'équipe de France, Marc Lièvremont en tête, s'apprêtaient à vivre une 12e journée du Top 14 pleine de stress devant leur télévision quand est tombée la nouvelle: on ne jouerait pas à Aguiléra. Inquiet à l'idée de voir à une semaine du premier test-match de l'automne face à l'Afrique du Sud, d'autres sélectionnés "tomber" sur le front du championnat, à l'image du Castrais Ducalcon et du Parisien Burban, le week-end dernier, au moins le sélectionneur était rassuré de voir cinq de ses internationaux (les Biarrots Traille, Harinordoquy et Barcella, les Racingmen Nallet et Chabal) épargnés, fut-ce pour une raison aussi inattendue. Pourtant, le bulletin d'alerte de Météo France, diffusé mercredi après-midi, concernant tout le département des Pyrénées-Atlantiques, avait déjà suscité quelques inquiétudes. La rencontre devant opposer ce jeudi soir, à 19h30, à Aguiléra, le Biarritz Olympique au Racing-Métro 92 ne pouvait se dérouler en raison des conditions météorologiques, un constat évident pour M. Balirac, Président du Comité Basques-Landes, venu lui-même inspecter la pelouse d'Aguiléra en début d'après-midi. Les trombes d'eau, qui s'abattent depuis la veille sur la région, avaient rendu impraticables la surface de jeu, notamment les en-buts. C'est la deuxième fois cette saison qu'un match de l'élite est reporté sur la Côte Basque. Le match entre Bayonne et Montpellier, comptant pour la 7e journée, avait déjà fait l'objet d'un report en raison des fortes pluies, qui avaient condamné la pelouse de Jean-Dauger.Un report du match fixé au 14 novembre ? Mais si l'on avait pu jouer deux jours plus tard à Jean-Dauger, il n'en sera pas de même à Biarritz. "Compte tenu de ces informations et des prévisions météorologiques préoccupantes jusqu'à dimanche soir inclus, la LNR a décidé de reporter à une date ultérieure la rencontre", a ainsi annoncé la Ligue nationale de rugby. Un report immédiat était d'autant moins envisageable que les Bleus des deux clubs sont attendus vendredi, en fin de matinée, à Orly, pour le traditionnel rassemblement au Bar de l'Arrivée, prélude au coup d'envoi du stage de l'équipe de France à Marcoussis.Un report, qui n'est pas sans poser des questions pour les deux clubs. Car la marge de manoeuvre est étroite en terme de calendrier. De quoi inquiéter les deux staffs, à l'image d'un Pierre Berbizier, déçu de ne pas pouvoir enchaîner après la probante victoire face à Toulouse (27-20). "Nous étions dans une bonne dynamique et venions à Biarritz sans pression. Le calendrier est déjà surchargé. Nous voici avec une date à trouver, regrettait l'entraîneur francilien, auquel la LNR a déjà soumis une solution de replis, pas sans contrainte. "Elle nous a proposé la date du 14 novembre. C'est en effet une date possible car c'est le seul week-end de libre d'ici Noël. Mais nous pouvons aussi avancer le match à mercredi 11 novembre pour ne pas être en opposition avec les matchs internationaux et celui des Barbarians. Cela nous permettrait de plus de mettre un peu les joueurs au repos en fin de semaine. C'est la meilleure date possible." Il faudra toutefois jouer à cette époque sans les internationaux. "C'est clair que l'absence de joueurs aussi charismatiques que Lionel Nallet ou Sébastien Chabal est préjudiciable à l'équipe. Et il n'y a pas qu'eux ! Mais le calendrier est ainsi fait. Si en plus, de nouveaux matchs devaient être annulés ce serait une catastrophe de ne pas avoir profité de cette fenêtre. Nous entrons dans une période de mauvais temps... Des matchs seront annulés. Avec l'épée de Damoclès de la grippe H1N1... On ne peut pas se permettre de louper la première fenêtre disponible la semaine prochaine."