Biabiany a séduit l'Inter

  • A
  • A
Biabiany a séduit l'Inter
Partagez sur :

Recruté par l'Inter Milan à 16 ans, avant d'être prêté à Vérone, Modène et Parme, Jonathan Biabiany éclot enfin chez les Nerazzurri. Le jeune attaquant français, qui a déjà disputé dix matches de Serie A cette saison, a certes profité des blessures. Mais son profil de joueur vif et percutant a séduit Rafael Benitez, arrivé sur le banc lombard cet été.

Recruté par l'Inter Milan à 16 ans, avant d'être prêté à Vérone, Modène et Parme, Jonathan Biabiany éclot enfin chez les Nerazzurri. Le jeune attaquant français, qui a déjà disputé dix matches de Serie A cette saison, a certes profité des blessures. Mais son profil de joueur vif et percutant a séduit Rafael Benitez, arrivé sur le banc lombard cet été. Dans un bon jour, Jonathan Biabiany aurait pu être en finale du 100 mètres à Barcelone, lors des derniers championnats d'Europe d'athlétisme. Le jeune attaquant de l'Inter Milan, surnommé "Speedy Biabiany", boucle la ligne droite en à peine plus de dix secondes. Et en février dernier, La Gazzetta dello Sport l'a décrété joueur le plus rapide de Serie A: "A Modène, mon préparateur physique m'avait chronométré sur 100 mètres, j'ai fait 10"50. Il m'a même dit que sur une piste et avec des chaussures adaptées, je pourrais courir en 10"03." Bluffant. S'est-il trompé de sport ? Une question qui aurait pu se poser s'il n'avait pas encore percé. Mais à 22 ans, Jonathan Biabiany commence sérieusement à faire parler de lui en Italie. Titularisé à huit reprises depuis le début de saison en championnat, d'abord au gré des nombreux joueurs blessés, il a convaincu Rafael Benitez qu'il était plus qu'un bon sprinteur. L'entraîneur espagnol lui doit d'ailleurs énormément car sans ses accélérations balle au pied et ses trois passes décisives contre Parme le week-end dernier (5-2), son siège sur le banc nerazzurro serait devenu éjectable. Parme, c'est justement là que Jonathan Biabiany a, la saison dernière, convaincu les dirigeants de l'Inter de le récupérer. Ses 6 buts en 29 matches de Serie A ne sont pas passés inaperçus alors que ses qualités ne s'étaient pas autant révélées au Chievo Vérone (2007-08) et à Modène (2008-09), où les champions d'Italie l'avaient précédemment prêté. "Pour moi, c'est important de pouvoir compter sur des joueurs rapides avec une mentalité offensive. Biabiany a exactement ce profil. On peut faire beaucoup de choses ensemble, et je suis sûr qu'il se montrera décisif dans de nombreux matches cette saison", avait déclaré cet été un Rafael Benitez visionnaire sur ce coup-là. Directement du Blanc-Mesnil à l'Inter Milan International français espoirs, Jonathan Biabiany a mis du temps avant d'éclore. Peut-être en a-t-il eu besoin pour digérer un début de carrière détonant. C'est en 2004, alors qu'il dispute un tournoi en Seine-Saint-Denis avec le club du Blanc-Mesnil, qu'il est repéré par un recruteur nerazzurro. Le début de l'aventure. En octobre de la même année, il signe à Milan, se retrouve sur le terrain, chez les jeunes pousses de l'Inter, avec Mario Balotelli et croise à l'entraînement Zlatan Ibrahimovic et Luis Figo. Aujourd'hui, son coéquipier de l'époque est parti, pris en grippe par le public italien. Et c'est "Bego" - son surnom - qui en fait les beaux jours. Mais Jonathan Biabiany le sait, c'est sur la durée qu'il devra s'imposer. Une nouvelle bonne prestation face à la Lazio Rome, vendredi soir en ouverture de la 15e journée de Serie A, l'installerait un peu plus encore dans le onze lombard. Et pourrait permettre à l'Inter Milan, cinquième du championnat, de revenir dans le trio de tête. "Nous tâchons de récupérer le temps perdu, assurait le Français après la victoire acquise contre Parme, qui a mis fin à une série de quatre matches sans succès. L'important pour moi est de bien faire et d'aider mes camarades quand il le faut." Ces derniers temps, c'est souvent.