Beyou fait coup double

  • A
  • A
Beyou fait coup double
Partagez sur :

Jérémie Beyou a coupé le premier la ligne d'arrivée, mercredi matin, de la 2e étape de la Solitaire du Figaro partie de Caen dimanche après-midi. Le Carantecois, qui a rejoint les côtes irlandaises à Dùn Loaghaire en deux jours, 17 heures, 25 minutes et 16 secondes, a devancé Nicolas Lunven (Generali) et Adrien Hardy (Agir Recouvrement). Au classement général, le skipper de BPI s'empare de la tête et possède 25 minutes d'avance sur Nicolas Lunven.

Jérémie Beyou a coupé le premier la ligne d'arrivée, mercredi matin, de la 2e étape de la Solitaire du Figaro partie de Caen dimanche après-midi. Le Carantecois, qui a rejoint les côtes irlandaises à Dùn Loaghaire en deux jours, 17 heures, 25 minutes et 16 secondes, a devancé Nicolas Lunven (Generali) et Adrien Hardy (Agir Recouvrement). Au classement général, le skipper de BPI s'empare de la tête et possède une demi-heure d'avance sur Fabien Delahaye. La prime à l'expérience... Les conditions lors de la traversée de la Manche ont transformé cette deuxième étape de la Solitaire du Figaro en un combat, une lutte contre la fatigue au moment de remonter le canal Saint-Georges pour enfin voir l'Irlande et le port de Dun Laoghaire. Après 48 heures au près extrêmement éprouvantes, tout s'est en fait joué au passage de Land's End au large de la Cornouaille mardi matin. Un moment clé où Beyou, Lunven, Rouxel ou encore Delahaye, le vainqueur de la première étape, choisissaient une option plus à l'Ouest avant de tenter une route directe pour la dernière journée. A l'Est, Loison (Port Chantereyne Cherbourg-Octeville), Monnet (Parie 15e) ou Macaire (Strater Active Bridge) menaient durant la journée avant de payer cash leur choix dès le soir. Gildas Morvan (Cercle Vert) et Eric Drouglazet (Luisina), placés entre les deux groupes, souffraient également... Delahaye résiste, Morvan perd du terrain Ne restait plus qu'à enquiller, sortir le spi puis résister. Pas une mince affaire mais Beyou, le rôdé, avait prévu son coup : "Il fallait être devant et tout mettre durant la nuit", expliquait le skipper de BPI après l'arrivée sur le ponton. " On a dormi la deuxième nuit et hier après-midi lorsque j'avais Erwan bien installé derrière moi, j'ai pu faire la sieste bien calé sur le pont." Un court moment de récupération avant de tout donner pour creuser un écart loin d'être anecdotique : "J'étais devant et hier soir on grimpait comme des acharnés. Nous nous sommes retrouvés à trois avec Erwan Tabarly et Nicolas Lunven. Il fallait border, j'ai réussi à partir par devant. Je voulais choisir le nord-ouest, j'avais vraiment ça en tête de faire cette route. Je me suis dit "Allez Beyou, vas-y fonce, c'est ton moment" et c'était le bon moment, c'était sympa d'envoyer le spi. J'ai choisi la route directe, je les voyais derrière, je contrôlais, j'étais sûr de moi" pouvait conclure, épuisé, le vainqueur de la Solitaire 2005. Impressionnant, Beyou a même pu en remettre une couche le matin avant d'arriver sur Dun Laoghaire malgré des dernières heures encore délicates en raison d'un gros grain qui a fini par arracher le spi. Au final, le skipper de la baie de Morlaix engrange 19 minutes et 54 secondes sur Nicolas Lunven (Generali) et près de 40 minutes sur le trio Adrien Hardy (Agir Recouvrement, à 37'46), Thomas Rouxel (Bretagne-Crédit Mutuel Performance, à 37'54) et Thierry Chabagny (Gedimat, à 39'39). Bien placé durant toute l'étape, Fabien Delahaye (Port de Caen-Ouistreham) confirme son rôle d'outsider en prenant la septième place à 42'30, juste devant Frédéric Duthil et Erwan Tabarly qui a connu une fin difficile. Insuffisant pour conserver les commandes puisque Beyou est le nouveau leader du classement général. Le skipper de BPI compte 25'12 d'avance sur Nicolas Lunven et 30'02 sur Delahaye avant une longue troisième étape entre l'Irlande et les Sables d'Olonnes comprenant un nouveau passage par le canal Saint-Georges et forte de 475 milles. Une hiérarchie se dessine mais rien n'est encore joué même si Morvan et Drouglazet notamment ont perdu gros en concédant déjà 1 heure au général... Place désormais à trois jours de repos avant un nouveau départ dimanche pour la troisième étape.