Beyou comme Le Cléac'h ?

  • A
  • A
Beyou comme Le Cléac'h ?
Partagez sur :

Un an après la deuxième victoire sur la Solitaie du Figaro d'Armel Le Cléac'h, un autre navigateur de la Baie de Morlaix, Jérémie Beyou, est bien parti pour remporter la classique aoûtienne pour la deuxième fois. Vainqueur des deuxième et troisième étapes, le skipper de BPI attaque la dernière entre les Sables-d'Olonne et Dieppe avec 34 et 40 minutes d'avance sur Fabien Delahaye et Nicolas Lunven. Suffisant pour les contrôler ? Réponse mercredi 23.

Un an après la deuxième victoire sur la Solitaie du Figaro d'Armel Le Cléac'h, un autre navigateur de la Baie de Morlaix, Jérémie Beyou, est bien parti pour remporter la classique aoûtienne pour la deuxième fois. Vainqueur des deuxième et troisième étapes, le skipper de BPI attaque la dernière entre les Sables-d'Olonne et Dieppe avec 34 et 40 minutes d'avance sur Fabien Delahaye et Nicolas Lunven. Suffisant pour les contrôler ? Réponse mercredi 23. "Honnêtement, je ne peux pas ne pas marquer, ou au moins contrôler. J'ai confiance en moi, ce que je fais, je le fais à bon escient, si je sens des trucs, je le ferai, mais je regarderai s'ils suivent ou pas. Ne pas le faire ne serait pas loin de la faute professionnelle." Au soir de sa deuxième victoire d'étape sur la Solitaire 2011 aux Sables-d'Olonne mercredi dernier, Jérémie Beyou était déjà tourné vers la dernière et sur la stratégie à adopter vis-à-vis des deux seuls navigateurs encore susceptibles de lui contester la victoire finale, Fabien Delahaye et Nicolas Luven, pointés au général respectivement à 34'15" et 40'52" du skipper de BPI. Une avance assez conséquente qui ne permet cependant pas à celui qui domine largement les débats depuis le départ de Perros-Guirec (il avait fini quatrième de la première étape à Caen avant de remporter les deuxième et troisième à Dun Laoghaire et aux Sables-d'Olonne) de se reposer sur ses lauriers avant cet ultime parcours vers Dieppe, terme de la Solitaire 2011. Car ses deux dauphins au général ne sont pas n'importe qui: Fabien Delahaye (Port de Caen-Ouistreham), vainqueur de la Transat AG2R 2010 avec Armel le Cléac'h et de la première étape, chez lui, à Caen, est incontestablement l'étoile montante du circuit Figaro, qu'il fréquente depuis maintenant trois ans, tandis que Nicolas Lunven (Generali) a déjà apposé son nom au palmarès de la prestigieuse Solitaire, en 2009, avant de remporter sur l'eau en début de saison la Transat Bénodet-Martinique (il fut finalement déclassé au profit de Thomas Rouxel pour une histoire de règlement). Bref, deux adversaires qui peuvent très bien, surtout si les conditions sont tordues sur ce "grand tour de Bretagne à l'envers" remonter leur handicap. Même si Jérémie Beyou estime leur profil plutôt rassurant car assez classique par rapport à un franc-tireur: "Ce serait marrant de regarder les trajectoires de l'un et de l'autre depuis le début, elles ne sont pas très différentes. Lunven met peut-être un peu plus d'angle que Delahaye qui n'en met pas beaucoup, mais on a affaire à deux garçons raisonnables qui vont vite, surtout Fabien. C'est peut-être plus simple de contrôler des mecs comme ça qu'un mec qui partirait dans tous les coins dans tous les sens." Verdict sans doute mercredi 23 août à Dieppe pour Jérémie Beyou, très près de remporter pour la deuxième fois la Solitaire (après 2005), comme un an plus tôt Armel Le Cléac'h, qui a depuis trouvé un sponsor pour le prochain vendée Globe (Banque Populaire), objectif déclaré du skipper de BPI.