Bernard tient son rang

  • A
  • A
Bernard tient son rang
Partagez sur :

Alain Bernard n'a pas failli, samedi à Monaco, en finale du 100 mètres nage libre en s'adjugeant la victoire dans cette ultime étape du Mare-Nostrum. Après une semaine intensive d'entraînement, l'Antibois a réalisé un chrono de 48''53, devançant ainsi le Russe Grechin (48''76) et le Suédois Nystrand (48''90).

Alain Bernard n'a pas failli, samedi à Monaco, en finale du 100 mètres nage libre en s'adjugeant la victoire dans cette ultime étape du Mare-Nostrum. Après une semaine intensive d'entraînement, l'Antibois a réalisé un chrono de 48''53, devançant ainsi le Russe Grechin (48''76) et le Suédois Nystrand (48''90).A près d'un mois des championnats du monde de Rome (26 juillet-02 août), Alain Bernard a mis les choses au point. Combinaison ou non, l'Antibois a tenu à rappeler, en dépit de la fatigue accumulée au sortir d'un stage intensif d'une semaine en Italie sous les ordres de son mentor, Denis Auguin, qu'il était bien le patron du 100 mètres nage libre en sa qualité de champion olympique en titre. Démonstration par les faits puisque l'homme le plus rapide de la planète sur la distance (*) a remporté samedi le 100m de la réunion de Monaco, la dernière étape du Mare Nostrum dont il avait séché les deux premiers rendez-vous. "C'est une compétition de rentrée, il n'a pas de repères. Ce sera donc une prise de contact, histoire de se remettre dans le bain et affiner le travail fait à l'entraînement. Je ne lui ai pas fixé d'objectif en termes de chrono, simplement, je lui demande de faire les meilleures courses possibles", nous expliquait son entraîneur à la veille de la première journée du meeting monégasque. Ce dernier a de quoi être satisfait de la prestation de son poulain qui, après des séries négociées en douceur dans la matinée (22"95 sur 50m et 49"67 sur 100m), est monté en régime en finale. De quoi devancer le Russe Andrey Grechin (48"76) et le Suédois Stefan Nystrand (48"90). Point de trace en revanche d'Eamon Sullivan qui, auteur du 10e chrono seulement des séries (50"13), n'avait pas gagné son billet pour cet affrontement final qui devait initialement sonner ses retrouvailles en compétition avec le Français près d'un an après leur affrontement olympique à Pékin. A en croire son entraîneur, Grant Stoelwinder, l'Australien, qui s'était déjà retiré de la réunion de Barcelone la semaine dernière après les séries en raison d'un rhume, souffrirait d'un virus. Les deux hommes attendront donc la semaine prochaine pour se retrouver à Antibes où l'Australien a prévu de s'entraîner avec son rival avant de partir ensemble pour l'Open de Paris (19-21 juin). Ensuite, les deux rivaux et néanmoins amis se donneront rendez-vous à Rome. Et là, combinaison ou non, le duel aura bien lieu. (*) Le record du monde d'Alain Bernard (46''94) réussi à l'occasion des championnats de France de Montpellier n'a pas encore été entériné par la Fina, l'Antibois étant alors équipé d'une combinaison en polyuréthane... non homologuée.