Bernard, ça ne passe pas

  • A
  • A
Bernard, ça ne passe pas
Partagez sur :

Ces Championnats de France de Chartres n'étaient pour lui qu'un passage obligé sur la route des Mondiaux de Dubaï (15-19 décembre). Alain Bernard a montré le peu d'intérêt qu'il accordait à cette compétition, auteur vendredi matin seulement du neuvième temps des séries du 50m nage libre dominées par Fabien Gilot devant Amaury Leveaux et Fred Bousquet. Trois hommes qui se disputeront le titre dans l'après-midi.

Ces Championnats de France de Chartres n'étaient pour lui qu'un passage obligé sur la route des Mondiaux de Dubaï (15-19 décembre). Alain Bernard a montré le peu d'intérêt qu'il accordait à cette compétition, auteur vendredi matin seulement du neuvième temps des séries du 50m nage libre dominées par Fabien Gilot devant Amaury Leveaux et Fred Bousquet. Trois hommes qui se disputeront le titre dans l'après-midi. Le service minimum et peut-être moins encore. Alain Bernard n'est pas venu à Chartres, passage imposé par la Fédération française de natation (FFN) sur la route des Mondiaux en petit bassin de Dubaï (15-19 décembre), pour se mettre en avant. Loin de là. "Je vais nager le 50 m, mais le 100 m va dépendre de mon état physique", prévenait-il dès jeudi soir. "Je ne nagerai pas le 200 m, j'aurais pu essayer de m'amuser sur un 100 m 4 nages, mais ce n'est pas trop d'actualité. Je suis venu ici pour faire des choses cohérentes, qui me serviront pour Dubaï. Ce sera vraiment une question d'efficacité de nage, de sensations, de glisse, de relâchement. Sur 100 m (dimanche), si je suis satisfait dès le matin, je pense que je m'arrêterai là." Peut-être fera-t-il un peu de rab, privé de finale A du 50 mètres nage libre des Championnats de France, faute d'avoir nagé assez vite en séries de bon matin. Auteur du neuvième chrono seulement (22"43), l'Antibois, à l'instar de William Meynard (22"78) ou encore Mehdy Metella (22"61), n'aura pas le loisir de disputer le titre à ses petits camarades de jeu habituels qui, eux, ont répondu présents. C'est le cas de Fabien Gilot, auteur du meilleur temps des séries en 21"58 devant Amaury Leveaux (21"84), tenant du titre en quête de rebond après sa traversée du désert, et Frédérick Bousquet (21"95), qui plongeait pourtant dans l'inconnu pour sa première compétition depuis sa suspension de deux mois pour prise d'un produit interdit. Trois hommes en lice dans l'après-midi pour le titre de champion de France de la distance.