Bernard, Angers sans danger

  • A
  • A
Bernard, Angers sans danger
Partagez sur :

Les uns sont aux Etats-Unis (L. Manaudou, Bousquet, Agnel, Muffat, Rouault), les autres aux Pays-Bas (Lacourt, Gilot, Meynard, F. Manaudou). Alain Bernard a lui choisi de s'arrêter ce week-end à Angers pour faire le point sur sa préparation olympique à l'occasion de championnats de France en petit bassin désertés par les autres têtes d'affiche de la natation tricolore, exception faite de Jérémy Stravius et Hugues Duboscq.

Les uns sont aux Etats-Unis (L. Manaudou, Bousquet, Agnel, Muffat, Rouault), les autres aux Pays-Bas (Lacourt, Gilot, Meynard, F. Manaudou). Alain Bernard a lui choisi de s'arrêter ce week-end à Angers pour faire le point sur sa préparation olympique à l'occasion de championnats de France en petit bassin désertés par les autres têtes d'affiche de la natation tricolore, exception faite de Jérémy Stravius et Hugues Duboscq. En 2010, ils étaient tous là, de passage à Chartres avant les Mondiaux de Dubaï. Un an plus tard, c'est une équipe de France décimée qui se présente à Angers pour les championnats de France en petit bassin. Saison olympique oblige, la Direction technique nationale (DTN) a lâché du lest: ni ce rendez-vous national ni les Championnats d'Europe qui suivront à Szczecin en Pologne (du 8 au 11 décembre) ne sont imposés aux nageurs. Résultat, la plupart des gros poissons du "collectif mondial", titre donné à l'équipe de France de natation présente l'été dernier à Shanghai, a fait l'impasse sur l'étape française, suivant d'autres pistes de préparation en vue des championnats de France de Dunkerque, qui délivreront du 18 au 25 mars 2012 les précieux sésames pour les Jeux olympiques de Londres. Installés à Auburn (Alabama), Laure Manaudou et Frédérick Bousquet seront ainsi aux Etats-Unis où ils ont fait le court déplacement jusqu'à Atlanta (Géorgie) pour participer aux championnats des Etats-Unis en grand bassin (de jeudi à samedi). Et ils ne seront pas les seuls « Frenchies » du lot puisque Sébastien Rouault (Mulhouse) mais aussi les Niçois Yannick Agnel, Camille Muffat et Clément Lefert, qui mettent fin à trois semaines de stage aux Etats-Unis, profiteront également de cette occasion pour se frotter aux Américains. Les Marseillais Camille Lacourt, William Meynard, Fabien Gilot et Florent Manaudou seront eux à Eindhoven pour... les championnats des Pays-Bas en grand bassin (de vendredi à dimanche), avec là encore l'idée de se tester face à une concurrence élevée. Autant de têtes d'affiche qui manqueront de vendredi à dimanche à Angers, au regret du DTN Christian Donzé. Les lignes d'eau de la piscine de Jean-Bouin ne seront pas vides pour autant puisque neufs nageuses du "collectif mondial" (Bonnet, Balmy, Castel, De Rochi, Etienne, Grangeon, Hénique, Lazare et Mongel) seront présentes au côté des quatre mousquetaires masculins rescapés: Benjamin Stasiulis, Hugues Duboscq, Jérémy Stravius, champion du monde du 100m dos, et Alain Bernard, le champion olympique du 100 mètres nage libre qui a donc pris le contre-pied de ses collègues marseillais. Bernard s'étonne lui-même "Chacun est concentré sur sa propre préparation, sur sa stratégie, sur ce qu'on pense être le mieux, s'est-il justifié sur RMC. Moi, ce qui me semblait être le plus pertinent, c'était de faire une saison hivernale en petit bassin avec les France à Angers. La natation française est forte sur ce point, où chacun est capable de se concentrer sur soi sans regarder à gauche ou à droite." Concentré sur son objectif olympique, ce qui sera sa dernière grande échéance avant probablement de tirer sa révérence, l'Antibois a ainsi pris la direction de l'Australie mi-octobre pour un stage de trois semaines au contact de l'équipe du Queensland (Libby Lenton, Kyle Richardson, Jessica Schipper, Kylie Palmer...). Au programme de séances sous la direction des entraîneurs australiens, beaucoup de natation (60km par semaine), de la musculation, de la boxe et surtout une immersion totale, de quoi approfondir les échanges avec Mylène Lazare et Boris Steimetz, ses compagnons d'entraînement, mais aussi Denis Auguin, son entraîneur et mentor. "Les nageurs ont effectué un très bon stage tant en terme de qualité de travail que d'état d'esprit. On s'est régalé !", se félicitait ce dernier à son retour en France. Son poulain ne le contredira pas. Séduit par la mentalité australienne: "Le matin, le soir, ils ont le sourire, ils sont contents d'être là et d'être ensemble. En France, on a tendance à râler pour la moindre chose qui ne va pas", soulignait-il la semaine dernière depuis... Londres, rapporte 20minutes.fr. Et conquis par le travail effectué malgré une rentrée chronométrique à Tokyo qu'il espérait plus convaincante (4e du 100m NL en 47"49, 3e du 50m NL en 21"60): "Je sais que je suis capable de faire mieux par rapport à ce que je fais à l'entraînement. Je sais que j'ai fait des choses en ce début d'année que je n'ai jamais faites de toute ma carrière. En termes de chrono ou de propulsion, je me surprends. Je suis tellement puissant que je m'étonne, c'est bon signe." A voir ce week-end à Angers où il s'étalonnera face à Stravius, Medhy Metella et Amaury Leveaux avant de prendre la direction de l'Afrique du Sud pour un nouveau stade de trois semaines (du 27 décembre au 17 janvier). Sans risquer la comparaison avec les Marseillais ou les Américains...