Bergessio, nouvelle coqueluche des Verts

  • A
  • A
Bergessio, nouvelle coqueluche des Verts
Partagez sur :

LIGUE 1 - Opposé à Bordeaux lors de la 8e journée, Saint-Etienne compte sur l'Argentin Gonzalo Bergessio pour faire douter les Girondins.

Bafétimbi Gomis ayant décidé de rejoindre le rival lyonnais, Saint-Etienne a recruté en toute fin de mercato Gonzalo Bergessio. L'Argentin, auteur de quatre buts en autant de rencontres, n'a pas mis longtemps à s'imposer à la pointe de l'attaque des Verts et espère briller samedi face à Bordeaux lors de la 8e journée de Ligue 1.Mieux vaut arriver sans un bruit et faire parler ses pieds ensuite que débarquer avec ses gros sabots pour s'emmêler les pinceaux. N'est-ce pas Gonzalo Bergessio ? "Gonzalo qui ?, ont à coup sûr dû se demander les supporters de Saint-Etienne, qui l'ont vu poser ses valises dans le Forez à quatre jours de la clôture du marché des transferts, après l'annonce de noms ronflants pour remplacer Bafétimbi Gomis, parti à Lyon contre 15 millions d'euros. Trois rencontres de Ligue 1 et une en coupe de la Ligue ont suffi à les rassurer. L'Argentin possède un sens de la finition qui lui avait fait une solide réputation à San Lorenzo (19 buts en 46 matches), son précédent club. Ses quatre réalisations depuis un mois facilitent son intégration chez les Verts.Muet pour ses débuts en France, sur le terrain de Rennes (0-1), Gonzalo Higua... euh Bergessio n'a pas attendu longtemps pour faire trembler les filets adverses. Demandez à Auxerre, qui a subi sa première volée dans le championnat dès le week-end suivant, à Geoffroy-Guichard (1-1). Un but "offert" par son compagnon d'attaque, Boubacar Sanogo, lui aussi venu en renfort lors du mercato, qui symbolise bien l'entente en train de naître entre les deux hommes. Le genre d'arguments qui ont manqué aux joueurs d'Alain Perrin au mois d'août, avec le tendre Emmanuel Rivière en pointe et le fragile Araujo Ilan à l'infirmerie. "Ça se passe bien, on se trouve très souvent, apprécie l'international ivoirien sur le site du Progrès. Ça fait deux matches où Gonzalo marque sur mes services. Il n'y a pas besoin de se parler lorsque tu as un bon joueur à tes côtés qui sent le jeu."Le retour d'IlanEt Gonzalo Bergessio a du nez. Un flair "à la David Trezeguet", serait-on tenté de dire, en prenant soin de garder quelques réserves. Contre Nice, en coupe de la Ligue (4-1), il a d'abord jailli pour lober de la tête Lionel Letizi, puis l'a "fusillé" d'un tir sous la barre sans retenue. "Je commence à trouver des automatismes, reconnaît l'international albiceleste sur le site du club. Ça ne fait que peu de matches que je joue avec Bouba (Sanogo, blessé pour trois semaines). On apprend à mieux se connaître et ça ira de mieux en mieux." Pour un début, ce n'est déjà pas si mal. Car la semaine dernière, c'est lui qui est venu donner la victoire aux Stéphanois à Monaco (2-1), en plaçant un coup de casque sur un coup franc de Guirane N'Daw dans les derniers instants du match. Opportuniste et opportun, une mixture qui a complètement changé la donne du côté des Verts, enfin sortis de la zone rouge.Jusqu'à quand ? Avec la réception de Bordeaux, samedi soir lors de la huitième journée de Ligue 1, Saint-Etienne va devoir non seulement se concentrer sur son jeu, encore balbutiant, mais aussi sur un adversaire invaincu en championnat depuis dix-huit matches mais privé de Yoann Gourcuff. Un gros test, donc. Gonzalo Bergessio connaîtra-t-il la même réussite face à la meilleure défense de l'élite ? Et son entente avec Boubacar Sanogo sortira-t-elle renforcée du retour à la compétition d'Ilan ? Une semaine après ses foulées à Louis-II, le Brésilien a des fourmis dans les jambes: "Je n'ai pas encore eu l'occasion de jouer beaucoup de temps avec Bergessio et Sanogo, constate-t-il. Mais nous sommes tous des joueurs avec des profils et des qualités différentes. Cela peut donc être des atouts supplémentaires pour l'équipe." Une équipe en net progrès. Gonzalo Bergessio n'y est pas innocent.