Berdych s'offre sa première finale

  • A
  • A
Berdych s'offre sa première finale
@ Reuters
Partagez sur :

WIMBLEDON - Le Tchèque a dominé Djokovic en demi-finale (6-3, 7-6, 6-3).

WIMBLEDON - Le Tchèque a dominé Djokovic en demi-finale (6-3, 7-6, 6-3). L'appel de Londres pour Berdych et l'appel d'une première finale en Grand Chelem. Vainqueur solide de Novak Djokovic en trois manches (6-3, 7-6, 6-3) en demi-finales de Wimbledon, le Tchèque concrétise enfin l'énorme potentiel placé en lui. Parachuté grand espoir du tennis mondial lors de son arrivée sur le circuit, il n'arrivait pas à éclore au plus haut niveau, surtout dans les tournois majeurs. Cette année, celle de ses 24 ans, cela a beaucoup changé avec une demie à Roland-Garros il y a quelques semaines. Le voilà désormais en finale de l'épreuve londonienne, après des victoires sur deux des trois meilleurs joueurs du monde. Son objectif, certes tardif, est désormais de remporter son premier en Grand Chelem. Au même âge qu'un certain Ivan Lendl, la référence en Rpublique tchèque, à Roland-Garros en 1984. Comment Berdych allait négocier la deuxième demi-finale en Grand Chelem de sa carrière ? A Paris, le 13e joueur mondial avait tenu la dragée haute à Robin Söderling avant de craquer en cinq manches sous les coups de boutoir du Suédois. Ce vendredi, c'était de sa raquette que sortaient les coups de canon. Toute la batterie de défense de Djokovic, si efficace soit-elle notamment en contre, ne suffisait pas dans la première manche. Avec un break en poche, à sa première occasion, le Tchèque remportait le set inaugural (6-3) en donnant la nette impression d'avoir mieux négocié l'entame de match. Crispé, le Serbe ne parvenait pas à trouver la bonne carburation pour tenir la cadence. Berdych: "C'est un rêve" Son expérience des grands rendez-vous parlaient pourtant en sa faveur. Des demi-finales en Grand Chelem, Djokovic en avait déjà remportées deux (sur sept jouées avant celle-ci). Son mental accrocheur (qui se fissure parfois) le replaçait toutefois au coeur des débats, surtout au cours d'une fin de deuxième manche torride. Breaké à 5-5, le Serbe trouvait les ressources pour recoller au score et s'offrir un jeu décisif. Puis, mené 3-0 et 6-2, il parvenait encore à revenir aux basques de Berdych, étonné par tant de pugnacité. Cette vertu s'illustrait au moment de sauver la quatrième balle de set du Tchèque. Acculé en défense en faisant l'essuie-glace, Djokovic lâchait finalement un lob qui retombait sur la ligne, balle jugée faute par l'arbitre qui remettait le point après vérification du Hawk Eye. Sans se démonter, il frappait un revers long de ligne imparable suivi d'un énorme cri de rage. Un cri de rage suivi quelques minutes plus tard d'un geste de rage. En dépit de deux occasions, le Serbe perdait le jeu décisif sur une vilaine double faute et brisait sa raquette sur sa chaise (7-6). Dans la tête, tout s'effondrait: la combativité, l'envie, la lucidité. Trop pour empêcher Berdych de s'envoler vers une première finale, surtout si une nouvelle double faute, la huitième du match, offrait le break au Tchèque qui servait et concluait le match derrière (6-3). "C'est une énorme victoire, c'est incroyable, j'ai du mal à réaliser ce que je viens de faire. C'est un rêve, car aujourd'hui j'ai bien l'impression d'avoir joué mon meilleur tennis. Ce tournoi est énorme et surtout pour moi. Je savoure chaque moment, c'est historique. Je vais essayer de rester dans le même esprit qu'après mon succès sur Federer et bien me préparer pour ce dernier match et surtout être le vainqueur", a déclaré Berdych après la rencontre. Avec un tel niveau de jeu, il pourrait bien avoir raison...