Bercy parlait étranger

  • A
  • A
Bercy parlait étranger
Partagez sur :

A défaut de suspense, le 25e All-Star Game de la LNB a offert au public de Bercy du spectacle, ce jeudi soir. Un show à l'américaine qui a souri à la sélection étrangère (103-90), tombeuse d'une équipe française bien trop maladroite de loin pour l'emporter. Auteur de 21 points et 9 rebonds, Davon Jefferson a été désigné MVP du match.

A défaut de suspense, le 25e All-Star Game de la LNB a offert au public de Bercy du spectacle, ce jeudi soir. Un show à l'américaine qui a souri à la sélection étrangère (103-90), tombeuse d'une équipe française bien trop maladroite de loin pour l'emporter. Auteur de 21 points et 9 rebonds, Davon Jefferson a été désigné MVP du match. Du spectacle, du spectacle et rien que du spectacle. Tel était le mot d'ordre, ce jeudi soir à Bercy, lors du 25e All-Star Game de la LNB. Une consigne respectée à la lettre par les vingt meilleurs joueurs du championnat. Le problème, surtout pour ceux de la sélection française battus à plate couture (103-90), c'est qu'il n'y a eu aucun suspense. Un peu d'enjeu n'aurait pas fait de mal à la fin de match, mais les étrangers de l'élite avaient déjà plié l'affaire à la pause en ayant pris vingt points d'avance. A trois jours de la 12e journée de Pro A, les gâchettes tricolores n'allaient pas tirer sur leurs organismes pour revenir à tout prix. Surtout qu'à l'arrivée, le public retiendra quoi ? Quelques beaux moves et alley-oops, sans nul doute. Le sacre de Zack Wright contre Marquez Haynes dans un concours de dunks rendu pour l'occasion aux joueurs de la ligue, une réussite. Et peut-être aussi les dominations de Vule Avdalovic à trois points et d'Antoine Diot au challenge des meneurs de jeu. Au milieu de tout ce show, des mascottes NBA et des pom-pom girls, le score deviendra rapidement anecdotique. Comme l'étaient les systèmes mis en place à la va-vite par les coaches Christian Monschau et Jean-Denys Choulet pour leurs ouailles. "C'est du spectacle, du jeu de contre-attaque. Il n'y a pas trop de défense, les joueurs ont une mémoire un peu sélective (au niveau des systèmes) mais ils prennent du plaisir, c'est l'essentiel", a ainsi commenté au micro de Sport+ l'entraîneur de Roanne, qui a dirigé comme il a pu une sélection étrangère très dissipée sur le banc de touche. Moins sur le parquet. Jefferson MVP, Gelabale au niveau Dans le sillage du Villeurbannais Davon Jefferson, remplaçant en début de rencontre, désigné MVP au bout du compte avec 21 points et 9 rebonds au compteur, les joueurs du "Reste du monde" ont rapidement pris le large à la table de marque (32-25, 10e). L'adresse suspecte des All-Star français à longue distance (0/8 à la mi-temps, 3/21 au total) a également aidé les partenaires de Sammy Mejia à faire le trou (65-45, 20e). Auteur de 20 points et 9 rebonds, Mickaël Gelabale aurait pu être désigné meilleur joueur du match si ses coéquipiers lui avaient emboîté le pas. Mais, malgré un timide rapprochement dans le dernier quart-temps (83-92, 37e), les troupes de Christian Monschau n'ont pas fait le poids. Qu'importe, ce All-Star Game au fort accent américain a été une belle fête. Sans les Limousine de l'an dernier, certes, mais avec un show très bien orchestré. Seul petit bémol, la blessure du Havrais Bernard King, visiblement touché à la cheville, qui a dû quitter le parquet magnifiquement décoré de Bercy en cours de rencontre. Un POPB que certaines des étoiles présentes en cette fin d'année reverront peut-être dans six mois, à l'occasion de la finale du championnat. D'ici là, la route est encore longue. Les seize clubs de Pro A la reprennent d'ailleurs dès ce week-end. Avec, cette fois, d'autres objectifs et moins de folie. Pourvu qu'il en reste un peu...