Bercy, le terminal

  • A
  • A
Bercy, le terminal
Partagez sur :

Cette année, plus que jamais, les résultats des Français vont être scrutés avec une attention toute particulière lors du Masters 1000 de Paris-Bercy, qui débute dimanche avec Serra-Montanes. Les places pour les deux simples de la finale de Coupe Davis, en Serbie début décembre, ne sont pas sécurisées. Outre Monfils, finaliste sortant, Simon, Gasquet, Llodra et Clément seront suivis. Tsonga et Benneteau, eux, sont forfaits.

Cette année, plus que jamais, les résultats des Français vont être scrutés avec une attention toute particulière lors du Masters 1000 de Paris-Bercy, qui débute dimanche avec Serra-Montanes. Les places pour les deux simples de la finale de Coupe Davis, en Serbie début décembre, ne sont pas sécurisées. Outre Monfils, finaliste sortant, Simon, Gasquet, Llodra et Clément seront suivis. Tsonga et Benneteau, eux, sont forfaits. On se souvient qu'en 1991, une défaite de Fabrice Santoro face à Yannick Noah dans l'ambiance survoltée du POPB avait pesé de tout son poids au moment où Noah, toujours en activité mais déjà Capitaine, avait composé son équipe pour défier les Américains à Lyon, en finale de la Coupe Davis. Cette année encore, à un petit mois de Serbie-France, il reste des places à prendre dans les rangs tricolores. Et Bercy, donc, pourrait bien finir de les départager. Il faut dire que le tournoi parisien possède quelques similitudes avec le rendez-vous de Belgrade, début décembre. De l'Indoor, de l'enjeu (un Masters 1000, tout de même), et le gratin du tennis mondial. Et surtout, il s'agit du dernier tournoi de la saison pour les Tricolores, à moins qu'une tornade de blessures n'envoie Monfils au Masters de Londres... Monfils, justement, revient à Paris un an après avoir disputé sa première, et pour le moment unique, finale en Masters 1000. Battu alors par Djokovic, après trois manches disputés, il revient cette année avec l'objectif déclaré d'aller au bout. Une ambition légitime, tant le Parisien semble jouer actuellement l'un des tous meilleurs tennis de sa carrière. Depuis sa victoire contre Nalbandian à Lyon en septembre, en demi-finale de la Coupe Davis, le protégé de Roger Rasheed n'est plus tout à fait le même. Plus calme, plus patient, et plus armé tactiquement, Monfils parvient enfin à enchaîner les victoires contre les Top 20 (Roddick, Isner, Tsonga, Ljubicic...). "C'est un peu mieux, mais je pourrais faire encore plus, expliquait Monfils après sa victoire à l'Open Sud. Je reste les pieds sur terre. J'espère que c'est le début de quelque chose mais je sais que rien n'est acquis... Cela dit, c'est mon premier titre de l'année, je le savoure car les semaines à venir vont être très dures. Je dois continuer à bosser le tennis, mais me concernant, c'est aussi et surtout mental. Il faut que je concilie ma vie d'homme et de tennisman. Je le fais de mieux en mieux. On verra maintenant où tout cela me mène". Cette semaine, à Valence, le n°1 Tricolore en l'absence de Tsonga est tombé en quarts de finale contre Söderling, après une victoire facile contre Wawrinka. Rien d'infamant, donc. Et cela lui octroie quelques jours de repos avant d'entamer son Bercy, face à Istomin ou un qualifié. Avec en ligne de mire, d'éventuels huitième contre Verdasco et quart contre Murray. Beau programme. Llodra avec Clément en double Seulement, dans l'optique de Serbie-France, Monfils n'est pas celui qui joue le plus gros à Bercy. Sauf pépin physique, il aura sa place en simple. Mais avec qui ? Défait par Troicki à Bâle, et sans même inquiéter le n°2 Serbe, Richard Gasquet part de très loin. Battre Federer -sait-on jamais...-, avec qui il aurait rendez-vous au 2e tour en cas de succès contre Mahut, serait le meilleur moyen de défendre sa candidature, si tant est qu'elle existe. A l'heure actuelle, c'est bien Gilles Simon qui part avec les faveurs des pronostics. Semaine après semaine, le Niçois retrouve ses sensations d'avant sa blessure au genou. Et ses dernières sorties en indoor, à Metz, à Montpellier, et Valence, où il vient de sortir Davydenko, parlent pour lui. Le tirage au sort lui a promis de croiser Söderling au 2e tour à Bercy. Le concurrent le plus sérieux de Simon pour la place de n°2 en simple semble être Michael Llodra. Le Parisien, pilier de l'équipe de France de Coupe Davis cette année, arrive dans la Capitale avec deux objectifs : sécuriser une place de tête de série pour l'Open d'Australie (il est actuellement 35e mondial) et retrouver ses sensations après notamment un match inquiétant contre Isner à Bâle. "J'avoue que je suis allé calmement en Asie, a-t-il déclaré. J'avais des petites douleurs (au bras principalement, ndlr) mais c'est résolu." Llodra pourrait retrouver Isner au 2e tour à Bercy, s'il parvient à éviter le piège Starace. Julien Benneteau toujours blessé, Llodra sera également engagé en double avec Arnaud Clément. Forcément révélateur.