Benzema les fait craquer

  • A
  • A
Benzema les fait craquer
Partagez sur :

L'heure de la confirmation. Depuis quelques semaines, Karim Benzema a retrouvé toute la confiance qui lui manquait jusque-là pour exploser au plus haut niveau avec le Real Madrid. L'attaquant international est en réussite, il en profite pour enchaîner les bonnes performances et surtout les buts. Alors que le Real entre dans une phase délicate, son apport ne sera pas de trop, samedi, pour le derby face à l'Atletico.

L'heure de la confirmation. Depuis quelques semaines, Karim Benzema a retrouvé toute la confiance qui lui manquait jusque-là pour exploser au plus haut niveau avec le Real Madrid. L'attaquant international est en réussite, il en profite pour enchaîner les bonnes performances et surtout les buts. Alors que le Real entre dans une phase délicate, son apport ne sera pas de trop, samedi, pour le derby face à l'Atletico. Le Benzema emprunté et réservé s'est totalement transformé. Sa récente moisson de buts (20 toutes compétitions confondues avec le Real, 3 doublés lors des 3 derniers matches de Liga) n'y est évidemment pas pour rien. L'ancien Lyonnais s'éclate de nouveau sur les terrains. Et ça se voit. Finies les brimades mourinhesques. Aujourd'hui, il joue et le Santiago Bernabeu l'a totalement adopté, comme l'a prouvé le sondage qui en faisait le titulaire à 95% pour les socios face à Lyon. Il leur a donné raison puisque pour ce huitième de finale retour de la Ligue des champions, Benzema a joué, il a marqué, célébré son but (ce qu'il n'avait pas fait à Lyon) avant de sortir sous une véritable ovation. Un soir de délivrance pour des Madrilènes privés de quarts de finale de C1 depuis 2003-2004, ce n'est pas anodin. Comme ses deux buts, un à l'aller, un au retour, ne le sont pas non plus. Benzema a franchi un cap, c'est une évidence pour tous. "Il devait passer une étape sur son volume de jeu et certaines caractéristiques, il est en train de l'acquérir à la fois avec l'équipe de France et le Real. Il donne sa pleine mesure", avait prévenu Claude Puel avant le match retour. Le sentiment n'avait évidemment pas changé après coup, comme le prouve le propos de Jean-Michel Aulas: "Il a progressé dans la densité physique mais aussi avec la confiance retrouvée de son coach. Il est épanoui et quand on a autant de talent, on ne peut que réussir dans un très grand club comme le Real. Bravo à Karim, sa réussite, c'est un peu la notre aussi." Mourinho: "Le principal responsable, c'est Karim" Pour parvenir à ses fins, le Français a néanmoins dû convaincre encore et encore un entraîneur qui ne lui a jamais rien laisser passer. "Il a changé. Pourquoi ? Je ne sais pas, je ne peux pas le dire. Le principal responsable, c'est Karim", consent d'ailleurs le technicien portugais. La question a été posée au Français. Que s'est-il passé, quel a été le déclic ? "Je n'ai rien lâché pour revenir, j'ai prouvé que je pouvais jouer dans cette équipe mais c'est aussi grâce à mes coéquipiers qui ont toujours été sympa avec moi. Il faut savoir saisir les opportunités. Si j'avais lâché, je ne serais pas là, il a fallu s'accrocher et aujourd'hui, j'en profite ", répond-il le sourire aux lèvres. Parmi ses coéquipiers, il en est un avec lequel son entente saute aux yeux: Mesut Özil. "En dehors du terrain, on s'entend bien. C'est un très bon joueur, on joue à une touche de balle comme j'aime. Il me donne beaucoup de ballons", explique Benzema. Le jeu en une touche est aussi valable avec un Cristiano Ronaldo qui n'hésite pas à s'appuyer sur lui, avec un Marcelo ultra-offensif ou encore avec un Xabi Alonso dont les passes millimétrées régalent les attaquants. Sur le banc, José Mourinho se frotte les mains. Il sait qu'en ce début de printemps, les choses très sérieuses débutent vraiment et la présence d'un Benzema à ce niveau est primordiale. La finale de la Coupe du Roi contre le Barça, le Clasico contre ces mêmes Blaugrana, les quarts de finale de la Ligue des champions et bien entendu une Liga compliquée à arracher mais pas encore perdue. Le programme est copieux. Ainsi, après avoir tordu le cou à une bien vilaine habitude européenne, les Merengue vont tenter de poursuivre sur une série bien plus agréable dans le derby face à un Atletico qui lui réussi à merveille.