Benzema, l'arme bleue

  • A
  • A
Benzema, l'arme bleue
Partagez sur :

Même lorsqu'il était en difficulté en début de saison au Real Madrid, Karim Benzema a su profiter de ses sélections en équipe de France pour s'illustrer. Maintenant que sa situation en club s'est améliorée, et qu'il s'entend mieux avec José Mourinho, l'attaquant merengue devient un atout de tout premier ordre pour les Bleus.

Même lorsqu'il était en difficulté en début de saison au Real Madrid, Karim Benzema a su profiter de ses sélections en équipe de France pour s'illustrer. Maintenant que sa situation en club s'est améliorée, et qu'il s'entend mieux avec José Mourinho, l'attaquant merengue devient un atout de tout premier ordre pour les Bleus. Depuis deux mois, Karim Benzema est un autre homme, ou plutôt un autre joueur. Beaucoup plus proche de celui qu'il était à Lyon, à la différence près qu'il est désormais en pleine bourre dans un club d'envergure internationale, le Real Madrid. Avec neuf buts inscrits en Liga sur les huit derniers matches - qu'il a tous disputés comme titulaire -, contre seulement une réalisation en dix-sept rencontres de championnat avant cela, l'attaquant français est enfin parvenu à décoller l'étiquette du remplaçant talentueux mais un peu fainéant qui lui collait à la peau. Une métamorphose qu'il doit à son travail, à son audace. Et à l'équipe de France. Car même lorsqu'il était en difficulté à la Maison Blanche, et que José Mourinho lui cherchait des poux pour le piquer au vif, Karim Benzema a toujours eu la confiance du sélectionneur national Laurent Blanc, qui l'a appelé dès le mois d'août 2010 pour un match amical en Norvège. "Même s'il ne se trouve pas dans les meilleures dispositions physiques et psychologiques, il m'était important de le convoquer car je pense que Karim, comme d'autres, peut faire partie intégrante d'un noyau important dans le futur. D'abord parce qu'il en a les qualités. Et puis j'espère qu'il démontrera qu'il en a envie", avait alors déclaré le "Président". Huit mois plus tard, il a fait ses preuves. Son parcours avec les Bleus est exemplaire puisqu'il a marqué un but précieux en Bosnie (2-0), un autre face au Luxembourg (2-0), avant d'être à nouveau décisif en Angleterre (2-1) et dernièrement contre le Brésil (1-0). Ce qui n'explique pas tout, du moins pas ce déclic qui lui a permis d'exploser au Real Madrid. Selon L'Equipe, l'ancien buteur de l'OL aurait lui-même forcé son destin en allant voir José Mourinho le 22 janvier dernier. "J'ai besoin de jouer, donnez-moi ma chance et vous verrez qui je suis", aurait-il alors lancé au technicien portugais, qui l'a pris au mot. Avec la réussite que l'on connait. Benzema: "Je suis plus complet" Pour l'équipe de France, l'éclosion soudaine et longtemps espérée de Karm Benzema, 23 ans, est évidemment une bonne nouvelle dans l'optique de l'Euro 2012, voire à plus long terme. Les Bleus étaient depuis plusieurs années à la recherche de fraîcheur, de fougue et de percussion offensive. Des qualités qui commençaient sérieusement à faire défaut chez des joueurs en déclin comme Thierry Henry et Nicolas Anelka et qu'un élément comme Guillaume Hoarau, titulaire au début de l'ère Laurent Blanc et dont le profil plaisait au sélectionneur, n'a pas su apporter. Avec le buteur merengue au meilleur de sa forme, l'attaque tricolore prend une toute autre allure. "Je suis plus complet, a-t-il récemment reconnu dans un entretien accordé à Europe 1, avant d'évoquer ses difficultés d'adaptation et la dureté des entraînements de José Mourinho. C'était dur mais c'est un très, très bon entraîneur. Il sait ce qu'il fait avec moi et c'est aussi grâce à lui que je n'ai rien lâché. Dans la tête, je suis fort. J'ai le mental. C'est ce qui est important. Après le talent, tout ça, c'est quelque chose que j'ai depuis tout petit." C'est comme le vélo, il fallait juste que ça revienne. Maintenant qu'il a confiance en lui, Karim Benzema peut effrayer plus d'une défense. C'est aussi ça, la force des grandes équipes.