Benzema: "C'est toujours spécial"

  • A
  • A
Benzema: "C'est toujours spécial"
Partagez sur :

Pour la troisième année de suite, Karim Benzema retrouve Gerland à l'occasion du déplacement du Real Madrid à Lyon mercredi lors de la 4e journée de la Ligue des champions. Mardi en conférence de presse, l'attaquant des Merengue a confié son bonheur de rejouer à Lyon, mais également son ambition de s'y imposer, ce que le Real n'a jamais réussi à faire.

Pour la troisième année de suite, Karim Benzema retrouve Gerland à l'occasion du déplacement du Real Madrid à Lyon mercredi lors de la 4e journée de la Ligue des champions. Mardi en conférence de presse, l'attaquant des Merengue a confié son bonheur de rejouer à Lyon, mais également son ambition de s'y imposer, ce que le Real n'a jamais réussi à faire. Karim, c'est la troisième fois que vous revenez à Lyon avec le Real, cela reste spécial ou est-ce devenu une habitude ? C'est toujours spécial pour moi de revenir à Lyon, c'est mon club depuis tout petit, mais c'est un match important pour tout le monde, pas seulement pour moi, j'espère que nous sortirons vainqueurs de cette rencontre. Qu'est-ce qu'il y a de spécial à Gerland pour que le Real n'arrive jamais à gagner à Lyon ? Rien de spécial, c'est qu'à chaque fois, Lyon a fait un très bon match. L'année dernière, on a fait match nul, c'était un bon résultat, après, j'espère que cette histoire va changer. C'est vrai que Madrid n'a jamais gagné ici, j'espère que demain on va faire un bon résultat. C'est une atmosphère chaude, les supporters sont derrière Lyon, et Lyon à chaque fois contre Madrid sort des gros matches. L'année dernière, après votre but (1-1), vous aviez peu manifesté votre joie, au contraire de votre président Florentino Perez, avez-vous la sensation d'êtr un peu le chouchou du président ? C'est vrai que ça m'a fait chaud au coeur, les images ont fait plaisir à voir. C'était un but important, il nous avait permis d'ouvrir le score, j'ai eu la chance de le marquer, c'était une sensation magnifique, surtout par rapport à la réaction du président. Ce n'est pas n'importe quel président, c'est le président du Real... La saison dernière, on demandait avant le match à Claude Puel s'il avait un plan anti-Ronaldo, maintenant, on demande à Rémi Garde s'il a un plan anti-Benzema, comment accueillez-vous ce nouveau statut d'être vu comme le danger n°1 par vos adversaires ? On est toute une équipe. Si on regarde sur le papier, il y a de grands noms, que ce soit Ronaldo, Özil, Du Maria, Higuain, on a beaucoup d'attaquants. On sait que ça va être un match très difficile, très serré, que Lyon va bien rentrer dans le match comme à chaque fois qu'on joue chez eux. C'est vrai que les joueurs de Lyon me connaissent bien, à moi de faire autre chose et de les surprendre. Avez-vous eu l'impression la saison dernière d'avoir accéléré votre progression au Real en marquant à Gerland ? Oui, c'est vrai, j'avais quand même eu quelques problèmes physiques pendant une bonne partie de la saison. Il a déjà fallu trouver du temps de jeu, et c'est vrai qu'à partir de cette rencontre, j'ai commencé à enchaîner les matches, j'ai eu à chaque fois de meilleures sensations.