Benzema a-t-il la grippe espagnole ?

  • A
  • A
Benzema a-t-il la grippe espagnole ?
Karim est sorti au bout d'une heure de jeu contre Murcie (0-0).@ DR
Partagez sur :

LIGA - Après une prestation décevante, la presse espagnole se déchaîne sur l'attaquant français.

Un match en milieu de semaine contre une équipe de troisième division, un match a priori sans intérêt pour le Real Madrid mais un match-test pour Karim Benzema. José Mourinho avait donc décidé de le titulariser contre Murcie (0-0) en seizièmes de finale de la Coupe du Roi ce mardi. Résultat : un nouveau bide pour l'attaquant tricolore.

La presse espagnole se lâche

Mercredi matin, le quotidien Marca ne mâche pas ses mots. En Une du journal, un titre on ne peut plus clair : "Karim Benzema est mort". Certes Marca pose la question mais les journalistes ne sont pas tendres avec le numéro 9 des Merengue.

Une heure de jeu, beaucoup de ballons perdus et des nombreuses approximations. Il n'en fallait pas tant à la presse espagnole, qui a souvent la dent dure, pour se lâcher. "Une fois de plus, Benzema a montré son caractère apathique et indolent", écrit le journaliste. Et d'ajouter : "même la chance l'a abandonné" (en position de hors-jeu, le Français s'est vu refuser un but).

Karim Benzema n'a inscrit qu'un seul petit but cette saison (contre l'Espanyol Barcelone le 21 septembre dernier). Insuffisant pour espérer concurrencer un Gonzalo Higuain en pleine confiance (5 buts en 8 matches).

La pression de la Maison Blanche

Transféré à l'été 2009 pour un montant de 35 millions d'euros, l'ancien Lyonnais n'a jamais percé chez les Galactiques. La saison passée, la Benz n'a scoré que huit fois en 27 matches. La presse espagnole lui a laissé un temps d'adaptation. Aujourd'hui, Benzema n'a plus le temps.

Le nouvel entraîneur du Real Madrid, José Mourinho, est intraitable avec le Français. En début de saison, "Mou" avait sévèrement critiqué son comportement à l'entraînement. Mourinho n'est pas des entraîneurs qui s'apitoient sur les attaquants en manque de confiance. Avant le match contre Murcie, l'entraîneur du Real avait lâché : "ce sera son soir".

Les petites phrases de Mourinho mettent la pression à Benzema. Si on rajoute à cette pression l'efficacité d'Higuain et de Cristiano Ronaldo, l'avenir du Français à la Maison Blanche semble très compliqué.