Bent à la rescousse d'Houllier ?

  • A
  • A
Bent à la rescousse d'Houllier ?
Partagez sur :

Gérard Houllier, arrivé en septembre à Aston Villa, n'a pas encore réussi à reconquérir l'Angleterre. Mais à l'heure d'accueillir Manchester City, samedi à partir de 18h30, l'ancien sélectionneur des Bleus espère que sa nouvelle recrue Darren Bent parviendra à sortir les Villans de l'ornière. Jean II Makoun devra lui encore patienter avant de faire ses grands débuts.

Gérard Houllier, arrivé en septembre à Aston Villa, n'a pas encore réussi à reconquérir l'Angleterre. Mais à l'heure d'accueillir Manchester City, samedi à partir de 18h30, l'ancien sélectionneur des Bleus espère que sa nouvelle recrue Darren Bent parviendra à sortir les Villans de l'ornière. Jean II Makoun devra lui encore patienter avant de faire ses grands débuts. Il n'avait pas vraiment besoin de ça. Loin de faire l'unanimité depuis son retour en Angleterre, Gérard Houllier ne pensait pas déclencher l'ire de ses collègues de Premier League en se lançant dans une effrénée course à l'armement lors de ce mercato hivernal. Accusé par le manager de Blackpool Ian Holloway de s'être montré "insultant" en tentant de recruter à bas prix le milieu de terrain Charlie Adam, l'ancien DTN a ensuite dû subir les foudres de Steve Bruce. L'entraîneur de Sunderland n'a en effet pas apprécié que le Français ne daigne pas décrocher son téléphone avant de recruter, pour un montant record de 28 millions d'euros (bonus compris), Darren Bent. "J'avais le plus grand respect pour lui mais il aurait pu m'appeler pour en parler", fulmine l'ancien défenseur de Manchester United. Déjà critiqué par la presse, ses propres supporters et certains joueurs, à l'image de Robert Pires (Lire Houllier: "Pires n'a qu'à partir"), au sein d'un vestiaire où règne de nombreuses dissensions, le Français a rapidement réagi à ces nouvelles polémiques, expliquant que lui et son nouveau club n'avaient "rien fait de mal", notamment avec Bent, qui avait lui-même demandé à quitter les Black Cats. "Nous sommes contents de compter le joueur parmi nous aujourd'hui, poursuit Houllier. Ils avaient le droit de dire non, mais en fait ils voulaient juste obtenir une certaine somme d'argent..." Bent: "Gérard m'a déjà pas mal mis la pression" Un montant finalement obtenu par le club du Nord de l'Angleterre pour une recrue dont l'ancien technicien lyonnais attend déjà beaucoup, comme l'intéressé l'a lui-même confié. "C'est vrai que Gérard m'a déjà pas mal mis la pression, a reconnu Bent lors de sa conférence de presse de présentation. Il a dit que j'avais souvent tendance à marquer pour mes débuts. Je ne me mets aucune pression mais s'il y a une occasion à prendre j'espère ne pas la laisser passer." Auteur de 32 buts en 58 matches de Premier League avec Sunderland, il avait réussi à marquer lors de sa première apparition avec les Black Cats, ainsi qu'avec Charlton en 2005. Une bonne habitude qu'il aurait tort d'interrompre samedi après-midi face à une équipe de Manchester City qui avait fait voler en éclat les Villans lors du Boxing Day (4-0). Car la 15e attaque du Royaume, qui pointe à la 17e place du classement, a bien besoin de buts et surtout d'une victoire qui les fuit depuis le 11 décembre dernier, soit une série de cinq matches sans succès en championnat. Les nouvelles recrues, à l'image de Makoun (Lire ci-contre) et donc de Bent, savent maintenant ce qui leur reste à faire sur la deuxième partie de saison. Car le sort de leur nouvel entraîneur en dépend.