Benneteau s'est bien battu

  • A
  • A
Benneteau s'est bien battu
Partagez sur :

Julien Benneteau n'est pas passé loin de l'exploit samedi à Winston-Salem. Finaliste du tournoi alors qu'il était issu des qualifications, le Bressan est parvenu à remporter le premier set face à l'enfant du pays John Isner, avant de craquer dans les deux suivants (4-6, 6-3, 6-4). Une grosse désillusion pour le Français qui perd ainsi la cinquième finale de sa carrière. Il n'y a pas eu match en revanche entre Sabine Lisicki et Aravane Rezaï à Dallas.

Julien Benneteau n'est pas passé loin de l'exploit samedi à Winston-Salem. Finaliste du tournoi alors qu'il était issu des qualifications, le Bressan est parvenu à remporter le premier set face à l'enfant du pays John Isner, avant de craquer dans les deux suivants (4-6, 6-3, 6-4). Une grosse désillusion pour le Français qui perd ainsi la cinquième finale de sa carrière. Il n'y a pas eu match en revanche entre Sabine Lisicki et Aravane Rezaï à Dallas. Sa détresse à l'issue du match fut à la hauteur des espoirs suscités par le premier set. Julien Benneteau semblait inconsolable samedi sur le court de Winston-Salem, où il s'est incliné en finale du tournoi de Caroline du Nord face à John Isner (4-6, 6-3, 6-4). Une défaite qui n'avait rien de déshonorant pour le Français face à un joueur bien mieux classé que lui (28e rang mondial pour l'Américain, 113e pour le Tricolore), mais qui lui laissera sûrement des regrets. En quatre finales disputées jusqu'à présent sur le circuit (Casablance et Lyon en 2008, Kitzbühel en 20098, Marseille en 2010), le Bressan n'en avait remporté aucune. Cette fois, le joueur issu des qualifications croyait bien que son heure était venue, surtout après un premier set parfaitement maîtrisé. Face à John Isner, qu'il n'avait jusqu'à présent jamais rencontré, Benneteau semblait avoir trouvé la bonne formule. A tel point que l'Américain concède sa mise en jeu au pire moment - à 4 partout - et permet ainsi au Français d'empocher la première manche (6-4). Rezaï n'a rien pu faire à Dallas, Wozniacki rebondit à New Haven Gêné par les retours travaillés de son adversaire dans cette première manche et le début de la deuxième, le régional du tournoi prend peu à peu la mesure de son adversaire et parvient à imposer sa puissance. La machine à servir est lancée et le Français ne parvient plus à l'arrêter. Auteur de dix-neuf aces sur l'ensemble du match, contre six pour Benneteau, Isner ne tremble plus sur sa mise en jeu et met en difficulté son vis-à-vis, qui après avoir tenu tant bien que mal en début de deuxième set (3-3), laisse filer les trois jeux suivants (6-3). Epuisé par son parcours du combattant de la semaine, sept matches en comptant les qualifications, celui qui a chuté face à Rafael Nadal la semaine dernière au deuxième tour du tournoi de Cincinnati (6-4, 7-5) ressent peu à peu le poids des heures passées sur le court et concède un nouveau break dans la troisième manche (3-2). Un retard qu'il ne parviendra plus à combler (6-4). Battu en un peu plus de deux heures de jeu, Benneteau s'incline ainsi dans sa cinquième finale. De son côté, Isner remporte le troisième titre de sa carrière, son deuxième de l'été après Newport. Trois titres dont deux conquis cette saison, c'est également le bilan de Sabine Lisicki. Samedi soir, l'Allemande a agrémenté son palmarès en corrigeant Aravane Rezaï en finale du tournoi de Dallas. Deux petits sets et 49 minutes de jeu ont suffi à son bonheur, la Française ayant manqué son premier rendez-vous ultime depuis sa victoire à Bastad en juillet 2010 (6-2, 6-1). Reste que le parcours texan de la Forézienne est encourageant, notamment à la veille d'un US Open dont l'intéressée est l'une des invitées. Un majeur américain qui verra également débarquer en grande forme la n°1 mondiale Caroline Wozniacki. A New Haven cette semaine, là où elle avait déjà triomphé trois fois par le passé, la Danoise a retrouvé ses sensations, après deux semaines de disette. Impitoyable en finale contre la Tchèque Petra Cetkovska (6-4, 6-1), Caroline Wozniacki sera à surveiller de près ces prochains jours à Flushing Meadows.