Benfica presque parfait

  • A
  • A
Benfica presque parfait
Partagez sur :

Benfica a fait un grand pas vers les demi-finales de la Ligue Europa en s'imposant face au PSV Eindhoven (4-1), jeudi au Stade de la Luz lors du quart de finale aller. C'est Aimar (35e) qui avait ouvert le score pour les Lisboètes, avant que Salvio n'inscrive un doublé (45e et 52e). Labyad (80e) avait redonné espoir aux Néerlandais, mais Saviola a corsé l'addition dans les arrêts de jeu.

Benfica a fait un grand pas vers les demi-finales de la Ligue Europa en s'imposant face au PSV Eindhoven (4-1), jeudi au Stade de la Luz lors du quart de finale aller. C'est Aimar (35e) qui avait ouvert le score pour les Lisboètes, avant que Salvio n'inscrive un doublé (45e et 52e). Labyad (80e) avait redonné espoir aux Néerlandais, mais Saviola a corsé l'addition dans les arrêts de jeu. Battu dimanche par son ennemi juré le FC Porto (2-1), qui en a profité pour s'adjuger le titre de champion du Portugal, Benfica a rapidement digéré cette claque. Les hommes de Jorge Jesus, tombeurs du PSG au tour précédent (2-1, 1-1), se sont en effet largement imposés face au PSV Eindhoven (4-1), jeudi soir au Stade de la Luz, en quarts de finale aller de la Ligue Europa. Une forme de revanche pour les Lisboètes qui avaient été battus aux tirs au but par les Néerlandais en finale de la Coupe des clubs champions européens 1987-88. Mais pour que cette blessure vieille de 23 ans soit définitivement oubliée du côté de la capitale portugaise, il faudra tenir ce résultat au retour, prévu dans une semaine au Philips Stadion. Invaincu lors de ses cinq dernières rencontres européennes à l'extérieur (quatre victoires et un nul), dont un nul arraché au Stadium Lille Métropole (2-2) face au Losc, sorti en seizièmes de finale, le PSV a sombré au Portugal. Acculés d'entrée sur leur but, les hommes de Fred Rutten auraient pu être menés dès la 7e minute, mais la frappe en pivot de Saviola trouve le poteau (7e). Sur un contre, Berg est proche ouvrir le score contre le cours de jeu, mais sa tête passe de peu à côté (20e). Une alerte sans frais pour les Lisboètes qui poursuivent leur travail de sape. Cardozo alerte une première fois Isaksson d'une frappe de loin (30e), avant d'ouvrir le score à la suite d'une déviation de la tête d'Aimar sur corner. Mais ce but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu (33e). Salvio et Saviola enfoncent le clou Qu'importe, les Portugais ne renoncent pas et trouvent enfin l'ouverture grâce à un tir à ras de terre d'Aimar, qui avait bien suivi un centre de Gaitan, que Cardozo n'avait pu reprendre (1-0, 37e). Décontenancés, les Néerlandais sont complètement dépassés et cèdent de nouveau juste avant la pause, à la suite d'une belle déviation du talon de Salvio sur un centre venu de la gauche de Coentrao (2-0, 45e). Sonnés, les joueurs du PSV n'ont toujours pas repris leurs esprits au retour des vestiaires et Salvio, qui efface deux adversaires dans la surface côté droit, corse l'addition d'une frappe croisée, s'offrant un doublé par la même occasion (3-0, 52e). Conscients d'avoir fait le plus dur, les hommes de Jorge Jesus gèrent tranquillement leur avantage, avant que Labyad, qui venait de faire son entrée en jeu, ne profite d'un centre d'Engelaar venu de la gauche pour réduire la marque (3-1, 80e). Habitués à finir leur match en trombe, comme ils l'avaient fait à Lille avec deux buts dans les dix dernières minutes, les Néerlandais encaissent pourtant un quatrième but dans les arrêts de jeu, qui hypothèque quasiment toutes leurs chances de qualification au retour. A l'inverse, les Portugais profitent de cette réalisation de Saviola, qui a su faire fructifier d'une frappe en pivot la belle percée sur la droite de Maxi Pereira (4-1, 90e), pour s'assurer un match retour a priori paisible.