Ben Arfa persiste et signe

  • A
  • A
Ben Arfa persiste et signe
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le milieu de terrain confirme dans L'Equipe qu'il ne reviendra pas à l'OM.

LIGUE 1 - Le milieu de terrain confirme dans L'Equipe qu'il ne reviendra pas à l'OM."Je ne retournerai plus à la Commanderie, c'est fini. Je suis prêt à ne pas jouer de la saison, j'ai ma fierté, ma dignité". Interrogé par L'Equipe, dimanche, Hatem Ben Arfa a confirmé qu'il ne souhaitait plus revenir s'entraîner à Marseille, après son départ fracassant, jeudi. "Je ne suis pas un bouche-trou. Je ne suis pas un paquet de lessive. Je ne suis pas de la merde. C'est parce que mes dirigeants se foutent de ma gueule qu'aujourd'hui je vous annonce que je suis prêt à mettre ma carrière entre parenthèses s'ils n'acceptent pas la proposition de Newcastle comme c'était prévu au départ." En clair, l'international français n'a que peu apprécié la ferme volonté de ses dirigeants de le transférer le mois dernier avant de le déclarer intransférable au moment où Mamadou Niang s'est décidé à rejoindre la Turquie. "L'OM voulait un prêt. Que l'OM ne revienne pas là-dessus ! Sinon, on ira loin, assure l'ancien Lyonnais. Les dirigeants de l'OM ont mandaté des agents pour me chercher un club. Ils ont ramené Newcastle. Le prohet de Newcastle est intéressant. J'ai dit que c'était ma priorité. [...] Les dirigeants voulait tellement se séparer de moi qu'ils étaient d'accord pour me prêter. Clairement, ça voulait dire: 'Dégage !' [...] J'étais indésirable il y a trois semaines et je suis indispensable maintenant ? Je ne suis pas une marionnette." Sous contrat jusqu'en juin 2012 avec l'OM, Hatem Ben Arfa est pleinement conscient de ce qu'il risque en allant au bras de fer. Notamment vis-à-vis de l'équipe de France, qu'il a redécouverte mercredi soir en Norvège (1-2) avec un but à la clé. "J'étais bien. Mais pour être en paix avec moi-même, j'irai au bout de ma démarche, ajoute-t-il. Je suis prêt au pire. Je m'organiserai pour travailler physiquement. Il y a des blessures qui durent huit mois. En fin de saison, j'aurai vingt-quatre ans." Finalement, n'est-il pas en position de force ? Marseille n'a en effet pas intérêt à conserver à tout prix un joueur dont la valeur marchande est estimée à 8 millions d'euros, surtout par les temps qui courent et dans un mercato où le club phocéen patauge. "Je n'ai plus envie de travailler avec Deschamps""Quelles qu'en soient les conséquences", et peu importe l'image d'élément ingérable qu'il véhicule, l'ex-pensionnaire de l'INF Clairefontaine n'hésite pas non plus à égratigner ses dirigeants, Jean-Claude Dassier et Didier Deschamps en tête. A propos du président de l'OM, Hatem Ben Arfa n'est pas tendre du tout: "J'ai essayé de le mettre face à ses responsabilités. Qu'il assume. Je crois qu'il a du mal à assumer. [...] On peut faire des choses avec des objets, mais pas avec des êtres humains. [...] Dans une situation comme celle de l'OM, c'est important d'avoir un président fort. Les vrais hommes, c'est dans ces moments-là qu'on les voit, pas quand tout va bien, après un titre." L'entraîneur marseillais, en qui "HBA" n'a plus confiance, en prend aussi pour son grade. "Le coach peut me raconter ce qu'il veut, c'est fini. Je n'ai plus envie de travailler avec ce coach, c'est un problème de confiance, allume l'international tricolore. Je ne sens pas de sincérité chez lui. Le courant ne passe pas. A chaque fois qu'il me parle, j'ai toujours l'impression qu'il a une idée derrière la tête." Vu sa situation comptable en Ligue 1, l'OM n'avait vraiment pas besoin de ça pour plonger dans la crise. Les réactions de Jean-Claude Dassier et Didier Deschamps ne devraient pas tarder. Mais vu la détermination de Hatem Ben Arfa, ont-ils un autre choix que de satisfaire sa volonté ? "C'est n'est pas parce que nous sommes payés que nous sommes des esclaves", insiste le joueur. Dur métier que celui de footballeur.