Beckham, la poule aux oeufs d'or ?

  • A
  • A
Beckham, la poule aux oeufs d'or ?
@ REUTERS
Partagez sur :

TRANSFERTS - La venue du meneur de jeu anglais serait une manne financière pour le club.

Viendra, viendra pas ? La rumeur sur la venue de David Beckham au PSG enfle de semaine en semaine. Et même si, pour l’heure, rien n’est encore signé, les dirigeants du club parisien misent beaucoup sur ce transfert. De nombreux observateurs du foot mettent sérieusement en doute l’intérêt sportif de cette arrivée. Mais combien pourrait rapporter le "Spice Boy" en terme de marketing et d’image ? 

"Beckham, une marque internationale"

David Beckham s’est qualifié avec son club des Los Angeles Galaxy pour la finale de la MLS (Major League Soccer) dans la nuit de dimanche à lundi. On ne connaîtra donc pas son avenir avant le 20 novembre prochain mais "la rumeur est déjà une bonne affaire pour le PSG", affirme Didier Primault, économiste du sport au Centre d’économie et de droit du sport (CDES), contacté par Europe1.fr. 

Après une carrière bien remplie, David Beckham est une icône planétaire. "Sa notoriété dépasse le simple cadre du football", poursuit Didier Primault. "Beckham se situe dans le Top 5 des joueurs les plus connus dans le monde aux côtés de Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo". Le nouveau président du PSG, Nasser al-Khelaïfi, l’a lui-même affirmé dans un entretien accordé samedi à L’Equipe et au Parisien : "David Beckham, ça dépasse le sport. C’est un ambassadeur, c’est une marque et un exemple pour les autres". 

La stratégie du PSG est limpide : bénéficier de la notoriété de David Beckham. François Guyot, directeur général de Sport Market, agence de conseil en communication et de marketing, contacté par Europe1.fr, confirme cette impression : "sa venue ferait rentrer le PSG dans une autre dimension. L’idée est de faire du PSG une marque internationale comme le Real Madrid ou le Barça". 

Un retour sur investissement à moyen terme

Le PSG est avec l'OM le club le plus populaire en France mais il ne s'est pas encore imposé à l’étranger. Le club de la capitale n'a jamais fait de tournée en Asie comme le font souvent le Real Madird ou Manchester United et aucun de ses matches n'est retransmis sur ce continent. Avec les investissements lors du dernier mercato, les nouveaux dirigeants qataris ont voulu imprimer un changement au club. Le recrutement de "Becks" va dans ce sens. Et Gilles Dumas, co-directeur de SportLab, agence de marketing sportif, de résumer : "l’arrivée de David Beckham, c’est un raccourci clavier pour mieux faire comprendre aux gens que le PSG nouveau est arrivé". Mais à court terme, il est assez difficile de chiffrer les bénéfices de cette arrivée : "s’il arrive le 1er janvier, son retour sur investissement ne sera pas assuré le 30 du mois. En revanche, ça contribue à donner de la valeur à la marque du PSG". 

Christophe Bouchet connaît bien la gestion d’un club pour avoir dirigé l’OM de 2002 à 2004. Joint par Europe1.fr, il affirme que la venue de Beckham "ne sera pas une opération financière significative à court terme. L’image d’un club est ce qu’il y a de plus long à construire dans un club. Mais à moyen terme, Beckham, s’il vient, sera bénéfique au PSG".  

Si le retour sur investissement ne sera pas immédiat pour le PSG, tout le monde s’accorde à dire que la "marque" Beckham pourrait rapporter gros à la "marque" PSG. En vendant plus de maillots (20.000 seraient déjà prêts dans les cartons) dans le monde entier, en misant sur quelques tournées grassement rémunérées et en négociant mieux les droits TV de retransmission à l’étranger, le "Spice Boy" sera forcément un bon "coup" pour le PSG.