Beauxis aux arrêts

  • A
  • A
Beauxis aux arrêts
Partagez sur :

Suspendu 20 jours pour un plaquage dangereux face à Castres, Lionel Beauxis va faire défaut au Stade Français lors des deux prochaines journées de Top 14. Une vraie tuile pour le club de la capitale engagée dans une véritable course poursuite pour la qualification en phases finales. Michael Cheika, pour ses critiques émises sur l'arbitrage, lors du même match, écope de 30 jours de "frigo" !

Suspendu 20 jours pour un plaquage dangereux face à Castres, Lionel Beauxis va faire défaut au Stade Français lors des deux prochaines journées de Top 14. Une vraie tuile pour le club de la capitale engagée dans une véritable course poursuite pour la qualification en phases finales. Michael Cheika, pour ses critiques émises sur l'arbitrage, lors du même match, écope de 30 jours de "frigo" ! "On est catastrophiques. Il n'y a rien à dire." Julien Dupuy, le demi de mêlée du Stade Français, avait dès l'issue du match perdu (34-12) par les Parisiens à Pierre-Antoine fin janvier, lors de la 17e journée du Top 14, pointé du doigt la faillite autant individuelle que collective de sa formation dans le Tarn ce soir-là. Un revers dont les Parisiens n'ont pas fini de payer les conséquences... Le plaquage inconsidéré de Lionel Beauxis à la 46e minute de jeu sur son homologue castrais, Pierre Bernard, vaut aujourd'hui à l'ouvreur international d'écoper d'une suspension de vingt jours, prononcée ce jeudi par la commission de discipline de la Ligue nationale (LNR). Beauxis ne sera requalifié qu'à compter du 7 mars prochain et fera donc défaut au club de la capitale dès ce vendredi, sur la pelouse d'Amédée-Domenech, à Brive, pour le match d'ouverture de la 19e journée du Top 14, puis pour la réception de Perpignan à Charléty, le week-end suivant, pour le compte de la 20e journée. Plisson en doublure Dans la situation actuelle du Stade Français, qui évolue sur un fil à la neuvième place du classement, à quatre points du sixième et dernier qualifié pour les phases finales, la nouvelle est de nature à plomber le moral d'une équipe, qui n'en finit plus de naviguer à vue, capable de surclasser le leader toulousain au Stade de France (31-3) et donc de sombrer à Castres une semaine plus tard. Décisif face à Biarritz (31-18) ce week-end avec à son actif 20 points inscrits au pied, Beauxis abandonne ses partenaires à l'heure de l'emballage final. Un handicap de plus pour un groupe qui, vendredi, à Brive, devra également se passer, en plus de ses blessés (Szarzewski, Liebernberg, Bergamasco), de ses internationaux anglais, Haskell et Palmer, que Martin Johnson, à la différence de Jonny Wilkinson, n'a pas souhaité libérer. Le jeune Jules Plisson pourrait suppléer Beauxis en Corrèze. Pour ne rien arranger, Michael Cheika sera lui privé de banc tout ce mois prochain. Le manager du club parisien, a lui écopé de 30 jours de suspension pour son comportement lors de ce même match à Castres, notamment pour ses critiques émises à l'encontre du corps arbitral et de la décision des officiels de faire jouer ce soir-là en fin de match la règle de la mêlée simulée. La commission de discipline, elle, n'a pas fait semblant...