Bayonne, le miracle permanent

  • A
  • A
Bayonne, le miracle permanent
Partagez sur :

La saison de l'Aviron aura été aussi réussie sur le terrain qu'agitée en coulisse. Malgré les luttes de pouvoir internes, fatales à Francis Salagoïty, les hommes de Christian Gajan sont restés focalisés sur le sportif pour venir échouer de peu dans la course à la phase finale et à la H Cup. Septième, à un point du Top 6, l'Aviron tentera de faite mieux la saison prochaine, fort d'un recrutement ambitieux.

La saison de l'Aviron aura été aussi réussie sur le terrain qu'agitée en coulisse. Malgré les luttes de pouvoir internes, fatales à Francis Salagoïty, les hommes de Christian Gajan sont restés focalisés sur le sportif pour venir échouer de peu dans la course à la phase finale et à la H Cup. Septième, à un point du Top 6, l'Aviron tentera de faite mieux la saison prochaine, fort d'un recrutement ambitieux. Retrouver l'Aviron Bayonnais aux portes du Top 6, seulement devancé d'un point par le trio Clermont-Biarritz-Montpellier, relève presque de l'anomalie. Pas au regard de l'effectif basque, un savant mélange de joueurs expérimentés (Martin, Boyet, Elhorga...) et de jeunes prometteurs (Héguy, Huget...). Ni à la compétence du staff bayonnais, conduit en binôme par Christian Gajan et Thomas Lièvremont. Mais, plus d'une équipe confrontée toute la saison au même climat délétère qui a animé la coulisse bayonnaise, aurait pu couler. Pas l'Aviron qui s'est maintenu à flot toute la saison, jouant les trouble-fêtes jusque dans les dernières journées de la saison régulière. Un exploit qui tient à la volonté de tout un groupe, soudé autour de Christian Gajan et Thomas Lièvremont, de s'affranchir des luttes de pouvoir qui auront défrayé la chronique sur les bords de la Nive. Au terme d'un feuilleton à multiples rebondissements, symbolisé par le vrai-faux départ d'Alain Afflelou et la vraie-fausse arrivée de Bernard Laporte, Francis Salagoïty, sous la pression du célèbre lunetier, aura finalement cédé sa place à Michel Cacouault, un ancien de la maison bayonnaise, preuve de la volonté de la nouvelle équipe dirigeante de travailler dans la continuité. Un club qui pourra s'appuyer sur l'extraordinaire dynamique de cette saison et sur un recrutement ambitieux (Heymans, Phillips, Rokocoko, Chrisholm, Lauaki...) pour espérer franchir un nouveau palier comme l'appelle de ses voeux Alain Afflelou. L'oeil de Yann DELAIGUE: "Sportivement, je tire un grand coup de chapeau aux Bayonnais parce qu'ils ont réalisé une très belle saison. Jusqu'à la dernière journée, il s'en est fallu de pas grand-chose pour une équipe qui disposait de moins de moyens que ses concurrents directs. Les joueurs et le staff auraient pu être déstabilisés par les évènements extra-sportifs, qui ont touché le club, mais au contraire, ils ont su en retirer une motivation supplémentaire. Ils se sont recroquevillés, ont su s'isoler de ce contexte et de ce climat vicié dans la coulisse pour préserver et ne jamais perdre de vue l'essentiel, à savoir le terrain. Ça n'avait rien d'évident et tout le mérite leur en revient." Le "prono" de DELAIGUE: "Aujourd'hui, les garanties financières sont présentes et le club est en train de se structurer. On a assisté à un recrutement intéressant et pour tout dire, on a tous un peu hâte de voir ce que va donner cet Aviron nouvelle version."