Batum: "Plutôt pas mal"

  • A
  • A
Batum: "Plutôt pas mal"
Partagez sur :

"Plus rassurante qu'inquiétante", selon Nicolas Batum, la victoire de l'équipe de France sur la Lettonie (89-78), ce mercredi à Siauliai (Lituanie) dans le groupe B de l'Euro 2011, a été longue à se dessiner. Mais l'ailier trouve que les Bleus ont su "garder la tête sur les épaules" et bien attaquer la défense de zone adverse. "Je trouve notre jeu beaucoup plus fluide qu'avant", assure-t-il.

"Plus rassurante qu'inquiétante", selon Nicolas Batum, la victoire de l'équipe de France sur la Lettonie (89-78), ce mercredi à Siauliai (Lituanie) dans le groupe B de l'Euro 2011, a été longue à se dessiner. Mais l'ailier trouve que les Bleus ont su "garder la tête sur les épaules" et bien attaquer la défense de zone adverse. "Je trouve notre jeu beaucoup plus fluide qu'avant", assure-t-il. Nicolas, ce match contre la Lettonie a été particulièrement tendu. Vous y attendiez-vous ? Un peu. Dans l'euphorie, avec leur public, ils ont mis tous leurs tirs au début mais on n'a pas paniqué. Un match comme ça, avant, l'équipe de France aurait pu encaisser dix ou quinze points de retard et aurait lâché. Là, on a pris des tirs à trois points de partout mais l'écart était, au maximum, de six ou sept points je crois. On a toujours été là. Je trouve qu'on a su garder la tête froide, on ne s'est pas affolés et on est restés soudés. La Lettonie vous a proposé une défense de zone. Avez-vous souffert ? C'est vrai qu'ils ont fait zone pendant quarante minutes mais on a quand même marqué près de 90 points. On a commencé avec un 0/7 à trois points mais on a fait un 6/12 dans les trois derniers quart-temps, Mike (Gelabale) et moi on a mis deux tirs importants à la fin. Donc c'est plutôt pas mal. Comment expliquez-vous vos progrès face à ce type de défense ? Je trouve notre jeu beaucoup plus fluide qu'avant. On bouge bien la balle, on sait qui va faire quoi, comment se placer avec Boris (Diaw) au poste haut en plaque tournante, Mike, Nando (De Colo) ou moi à l'extérieur et Tony (Parker) à la mène. C'était le point faible de l'équipe de France avant. C'est pour ça que je trouve cette victoire plus rassurante qu'inquiétante. "Tony nous a fait du Parker" On a aussi l'impression que cette équipe de France a mûri par rapport à l'an dernier. Qu'en pensez-vous ? C'est clair. Dès qu'ils (les Lettons) ont commencé à être chauds, on s'est regroupés. On s'est dit: "Allez, du calme les gars." On s'est posé un peu, on a resserré la défense et puis on a mis nos paniers en attaque. C'était un peu comme à Gravelines contre la Bosnie (que les Bleus ont battue en préparation, ndlr). On savait que si on défendait dur, ils allaient finir par craquer à un moment ou un autre. Ils ont lâché à la 35e. Ça a été long mais ils ont craqué. Il n'y a donc aucune inquiétude à avoir après ce match ? Non, je ne crois pas. Ce n'est que le premier match, c'est toujours un peu spécial, avec la pression, tout ça. Mais l'important, c'est qu'on l'ait gagné. Maintenant, il faut vite passer à autre chose parce qu'on joue Israël dès demain (jeudi). Tony Parker a été énorme ce soir. Vous aviez vraiment besoin de lui à ce niveau-là pour battre la Lettonie ? Je pense, oui... (Il rigole) On a eu des problèmes en attaque au début et, sur la fin, il a pris les choses en main et il nous a fait du Tony Parker. Il a été vraiment bon. Mais on sait qu'il ne va pas pouvoir faire ça pendant onze matches sinon il va vite être K.-O. Il va falloir l'aider un peu pour lui éviter tous ces efforts.