Batum n'a pas suffi

  • A
  • A
Batum n'a pas suffi
Partagez sur :

Les Lakers ont de la ressource. Devant composer avec la suspension d'Andrew Bynum, la cheville douloureuse de Kobe Bryant et la réussite d'un Nicolas Batum meilleur marqueur du match avec 25 points à 10 sur 16, les champions en titre sont venus à bout des Blazers, l'emportant 84-80 grâce à un Derek Fisher décisif dans les ultimes minutes. Un succès qui leur permet de rester devant les Mavs, faciles vainqueurs des Warriors 101-73.

Les Lakers ont de la ressource. Devant composer avec la suspension d'Andrew Bynum, la cheville douloureuse de Kobe Bryant et la réussite d'un Nicolas Batum meilleur marqueur du match avec 25 points à 10 sur 16, les champions en titre sont venus à bout des Blazers, l'emportant 84-80 grâce à un Derek Fisher décisif dans les ultimes minutes. Un succès qui leur permet de rester devant les Mavs, faciles vainqueurs des Warriors 101-73. Le match de la nuit Plus les playoffs approchent, plus les Lakers renouent avec leurs bonnes habitudes. Face aux Blazers, les champions en titre n'ont certes guère été impressionnants. Privés d'Andrew Bynum, suspendu deux matches après sa faute flagrante commise vendredi sur Michael Beasley et avec un Kobe Bryant souffreteux, une douleur aux dents venant s'ajouter à son entorse de la cheville gauche, les Lakers n'en ont pas moins gagné, Bryant se réveillant dans le dernier quart pour y inscrire 10 points et Derek Fisher sortant de sa boîte pour offrir la victoire aux Californiens. La 12e sur les 13 matches joués depuis la coupure du All-Star Game. Dans le sillage de Kobe Bryant, meilleur marqueur des siens avec 22 points à 9 sur 20 aux tirs, ses deux compères de l'intérieur Pau Gasol et Lamar Odom ont pourtant chacun signé un double-double, compilant ainsi respectivement 14 points-13 rebonds et 16 points-11 rebonds. Mais c'est bien Fisher qui a fait la différence dans les ultimes secondes. En faisant tout d'abord passer les siens en tête à deux minutes de la fin grâce à une interception sur Batum transformée en layup, puis en éteignant Rudy Fernandez et, enfin, en inscrivant le panier de la victoire à 10 secondes de la fin... Aussi méritait-il bien les félicitations de tous ses coéquipiers à l'issue de la rencontre. "Il n'a pas fait un grand match sur le plan statistique car il a été gêné par les fautes, mais il a fait la décision sur quelques actions. Et le fait qu'il mette des gros tirs n'est plus une surprise pour personne." expliquait ainsi Kobe Bryant, Lamar Odom renchérissant "on aurait pu perdre ce match si Derek n'avait pas été là. On est de mieux en mieux en tant qu'équipe et Derek a fait la différence. C'est une victoire importante pour nous." D'autant plus importante qu'elle permet aux Lakers de décrocher son billet pour les playoffs et de conserver la deuxième place de la Conférence Ouest avec une victoire d'avance sur les Mavs, faciles vainqueurs des Warriors 101-73. D'autant plus importante qu'elle permet aux Lakers de décrocher sa qualification pour les playoffs et de conserver, avec cette 50e victoire de la saison, la deuxième place de la Conférence Ouest avec une victoire d'avance sur les Mavs, faciles vainqueurs des Warriors 101-73. Pour ce qui est de leur billet pour le printemps, les Blazers devront, eux patienter. S'ils peuvent encore viser la cinquième place, Denver ne pointant qu'à un match, les hommes de Nate McMillan doivent également regarder derrière, Houston, le premier recalé, ne possédant que trois succès de retard. Aussi Portland pouvait d'autant plus regretter d'avoir laissé s'échapper un succès de prestige chez le champion. Nicolas Batum plus qu'un autre puisque l'ancien Manceau a rendu 25 points à 10 sur 16 aux tirs, se faisant néanmoins contrer par Ron Artest puis perdant donc un ballon capital dans les ultimes minutes avant d'enquiller vainement un dernier tir primé. Les Français de la nuit A la fête avec, dans le détail, 25 points à 10 sur 16 aux tirs, 4 rebonds, 3 passes et 2 interceptions en 39 minutes, Nicolas Batum a finalement eu moins de réussite que ses compatriotes de Dallas. Non que Rodrigue Beaubois ou Ian Mahinmi se soient montrés plus prolifiques que l'ancien Manceau. Mais les deux compères texans ont néanmoins tenu leur rôle dans la facile victoire décrochée par les Mavs face aux Warriors. Tandis que Dallas l'emportait 101-73, Beaubois confirmait en effet ses bonnes dispositions du moment avec 15 points à 5 sur 11 aux tirs, 4 rebonds et 4 passes en 29 minutes et Mahinmi profitait de l'absence de Brendan Haywood pour jouer 20 minutes et frôler le double-double avec 9 points à 2 sur 3 aux tirs, 5 sur 6 aux lancers et 13 rebonds. Moins de réussite en revanche pour Mickael Pietrus puisque si ses Suns l'ont emporté 99-108 chez les Clippers, le Guadeloupéen n'a guère pu contribuer à ce précieux succès avec seulement 9 minutes de jeu pour deux tirs manqués et un rebond. Même constat à Toronto avec des Raptors beaux vainqueurs chez le Thunder 93-95 mais un Alexis Ajinça laissé sur le banc par son entraîneur. Chez les Knicks, Ronny Turiaf a, lui, eu voix au chapitre, mais le Martiniquais est resté muet en attaque malgré 25 minutes de jeu finalement transformées en 6 rebonds et 1 passe et les New Yorkais ne se sont jamais relevés d'un faux-départ majuscule et se sont inclinés 100-95 chez les Bucks. Enfin, entre Johan Petro et Kevin Seraphin, il fallait bien un vainqueur. Et si l'intérieur des Nets a été plus productif que son vis-à-vis tricolore, signant 8 points à 4 sur 7 aux tirs, 2 rebonds et 1 contre en 12 minutes contre 2 points en 5 minutes pour l'ancien Choletais, c'est le rookie des Wizards qui a terminé victorieux puisque Washington a eu le dernier mot dans le New Jersey 98-92. Les chiffres de la nuit 9. Cinquante-cinq ans que ça ne leur était pas arrivé ! Force est de reconnaître que les Knicks ont fait fort en passant tant au travers de leur premier quart joué à Milwaukee. En n'y inscrivant que 9 points à 3 sur 24 aux tirs, les New Yorkais ont exhumé un record de franchise qui remonte en effet au 21 novembre 1956 et aux cinq points inscrits face à Fort Wayne lors du premier quart. Un faux-départ majuscule synonyme de 23 points de retard et dont les Knicks n'ont jamais pu complètement se relever puisque Milwaukee a fait la course en tête de bout en bout pour l'emporter 100-95. 17. Deron Williams sur le flanc pour au moins une semaine en raison d'une douleur au poignet, Avery Johnson, l'entraîneur des Nets, a vu juste en confiant la mène à Jordan Farmar. L'ancien Laker a en effet frappé un grand coup en distribuant 17 passes décisives à l'occasion du déplacement à Washington. Il en aurait néanmoins fallu plus pour permettre aux Nets de l'emporter, les Wizards ayant le dernier mot 98-92 après avoir compté jusqu'à 17 points de débours juste avant la mi-temps. 21. Une expulsion et ça repart ! Leur rookie DeMarcus Cousins expulsé dans le troisième quart après une altercation avec Martell Webster, les Kings ont répliqué, chez les Wolves, par un 21-0 en quelques minutes. Et Sacramento en a profité pour signer un large succès 95-127 après avoir inscrit 42 points dans le quatrième acte. Notamment grâce à Samuel Dalembert, auteur de 26 points-17 rebonds, et à Marcus Thornton, qui a frôlé le triple-double avec 23 points, 9 passes et 8 rebonds.