Batum écoeure les Spurs

  • A
  • A
Batum écoeure les Spurs
Partagez sur :

Portland a réussi une belle performance en s'imposant sur le fil face aux Spurs de Tony Parker (98-96). Avec 21 points, Nicolas Batum et Andre Miller ont été les grands artisans de ce succès des Blazers, le premier inscrivant le panier de la victoire sur une passe du second au coeur d'une fin de match renversante ! A noter que Boston n'était pas non plus à la fête cette nuit puisque les Celtics ont subi la loi de Charlotte (83-81).

Portland a réussi une belle performance en s'imposant sur le fil face aux Spurs de Tony Parker (98-96). Avec 21 points, Nicolas Batum et Andre Miller ont été les grands artisans de ce succès des Blazers, le premier inscrivant le panier de la victoire sur une passe du second au coeur d'une fin de match renversante ! A noter que Boston n'était pas non plus à la fête cette nuit puisque les Celtics ont subi la loi de Charlotte (83-81). Le match de la nuit Et soudain, le Rose Garden de Portland a pris feu ! A l'ultime seconde de jeu, les Blazers ont en effet renversé la situation face à des Spurs qui avaient encore la main sur cette rencontre quelques secondes plus tôt. A 30 secondes de la fin du match, alors que San Antonio mène tranquillement 96-92, Miller vole le ballon dans les mains d'un Parker pas assez concentré sur sa remontée de balle et va marquer 94-96. A 8 secondes du terme, Ginobili perd la balle en tête de raquette sur une phase offensive de son équipe, quelques instants plus tard, Batum obtient la faute et met ses deux lancers francs à 0.9 seconde de la fin 96-96. Et au coeur d'une fin de match complètement manquée, Novak tente la passe pour Ginobili pour l'action de la victoire au buzzer mais il se rate. Toujours 0.9 seconde à jouer et dans le camp d'en face, Miller tente un alley hoop avec Batum qui claque le ballon dans le panier au buzzer 98-96 ! Une fin de match complètement folle avec un Nicolas Batum impérial et porté en héros à la fin de la rencontre. Pour les Spurs, ce deuxième revers de rang n'aurait jamais dû se produire. Comme quoi, même la meilleure équipe de la saison régulière peut passer au travers dans le money time. Les Français de la nuit Outre la prestation décisive de Nicolas Batum (21 points (à 7/15 aux tirs), 4 rebonds, 1 passe et 2 ballons volés en 32'48'') lors la victoire finale de Portland face au San Antonio d'un Tony Parker moins à son aise (15 points (7/17), 4 rebonds, 4 passes, 2 interceptions et... 8 ballons perdus en 35'), il y avait beaucoup de Français sur les parquets. Ils n'ont pas tous eu la même réussite, Kevin Séraphin (4 points et 3 rebonds en 9') a par exemple perdu avec les Wizards devant les Nuggets 114-94. Même son de cloche pour Ronny Turiaf (2 points, 1 rebond en 15') défait avec les Knicks devant les Bucks (102-96) ou encore pour Petro (2 points et 6 rebonds en 13'22) battu avec les Nets contre le Magic (95-85). Sans se montrer particulièrement à son avantage, Joakim Noah (5 points, 4 rebonds 1 passe en 32 minutes) a participé à la victoire des Bulls contre Memphis (99-96), tout comme Boris Diaw (8 points, 6 rebonds, 2 passes, 3 pertes de balle et 1 contre en 26 minutes) lors du succès surprise des Bobcats devant les Celtics 83-81. Le chiffe de la nuit 1000, comme le nombre de dollars par point offert notamment par Pau Gasol, Derrick Rose, Al Horford ou Russel Westbrook pour les victimes du Japon. L'Espagnol qui a inscrit 26 points lors de la victoire des Lakers face aux Clippers 112-104 a donc offert un chèque de 26 000 dollars.