Bastia-Lens, un dossier corsé

  • A
  • A
Bastia-Lens, un dossier corsé
Partagez sur :

De nouveaux incidents ont éclaté en marge de Bastia-Lens, samedi, lors de la 11e journée de Ligue 2. Pour la quatrième fois de l'année, la LFP va devoir se pencher sur des faits se déroulant du côté d'Armand-Cesari. Reste que dans l'histoire, les Lensois, et notamment Gabriel Cichero, ne sont pas exempts de tout reproche, et les deux clubs pourraient le payer très cher.

De nouveaux incidents ont éclaté en marge de Bastia-Lens, samedi, lors de la 11e journée de Ligue 2. Pour la quatrième fois de l'année, la LFP va devoir se pencher sur des faits se déroulant du côté d'Armand-Cesari. Reste que dans l'histoire, les Lensois, et notamment Gabriel Cichero, ne sont pas exempts de tout reproche, et les deux clubs pourraient le payer très cher. La vie n'est pas un long fleuve tranquille du côté de Bastia. Si au classement, le club corse, promu cette saison, pointe tranquillement à la troisième place, le volet extra-sportif s'est garni d'une page de plus, samedi, face à Lens. Plus qu'une page, c'est même un chapitre qui s'est d'ailleurs déroulé du côté d'Armand-Césari, alors que les deux équipes étaient sur le point de se quitter sur un match nul (2-2). Nous sommes à la 90e minute, et une bagarre éclate sur le terrain, suite à une faute sur le milieu bastiais, Sadio Diallo. Après quelques minutes d'échauffourées, M. Bastien, l'arbitre de la rencontre, décide d'expulser trois joueurs, Gilles Cioni du côté de Bastia, Samba Sow et Gabriel Cichero pour Lens. Aussi peu glorieuse soit-elle, l'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais le pire s'est ensuite déroulé dans le couloir menant au vestiaire puisque Cichero s'en est violemment pris à Alain Seghi, dirigeant du club corse, qui faisait alors son lacet, comme le précise le quotidien L'Equipe. Ce dernier fut contraint "d'être évacué d'urgence suite à une fracture du nez, de la pommette et d'un déplacement de la mâchoire, raconte le club corse, sur son site officiel. Des faits qui se sont d'ailleurs déroulés sous les yeux du quatrième arbitre et du délégué de la rencontre, qui n'ont pas manqué de mentionner ces faits sur la feuille de match." Un fait qui a provoqué une réaction épidermique des stadiers bastiais, qui ont alors roué de coups Cichero, Sow et Manuel Nogueira, l'entraîneur adjoint lensois. Selon L'Equipe, un autre stadier aurait ensuite menacé les joueurs nordistes, dans leur vestiaire. Des faits qui ont retenu l'attention de la LFP puisque le président Frédéric Thiriez a tenu à réagir, via un communiqué: "Ces incidents répétés nuisent gravement à l'image du football français et à celle du club bastiais." En utilisant le terme de répétition, l'instance fait notamment référence au "caillassage" du bus istréen, fin juillet, à d'autres incidents "de couloir", face au Mans, au mois d'août, et enfin aux altercations sur et en dehors du terrain, mi-septembre, face à Monaco. Bastia ne se laissera pas faire Des incidents qui ont d'ores et déjà entraînés des sanctions, avec notamment un match de suspension avec sursis, pour Furiani. Mais le club corse ne compte servir de victime expiatoire, et n'hésite pas à rejeter la faute sur le club lensois, rappelant l'agression de Cichero, qui avait auparavant bousculé le président corse, Pierre-Marie Geronimi. "Le Sporting Club de Bastia est stupéfait des déclarations intempestives du président de la LFP, monsieur Frederic Thiriez, qui parle d'atteinte à l'image du football français et du club bastiais. Que veut-il dire par là ?, réagit le club dans un communiqué. Le club demande donc au président de la LFP d'être très prudent sur son interprétation des faits qui tend pour l'instant à nuire essentiellement et gravement à sa propre image." La ligue de football professionnel a d'ores et déjà "convoqué dès lundi les officiels présents sur la rencontre pour qu'ils rendent compte de ces faits graves". De son côté, le RC Lens reste prudent. "Je prends acte du communiqué de la LFP, et me tiens bien sûr prêt à répondre à toute convocation de la part des instances du football, explique le président artésien Gervais Martel, sur le site du club. Je prendrai également connaissance des différentes déclarations concernant ces incidents, et je me réserve le droit d'y répondre dans les prochains jours, preuves à l'appui." Une chose est sûre, la Ligue ne devrait, cette fois, pas hésiter à se montrer très sévère avec les deux clubs. Histoire d'éviter de nouvelles pages à ce livre noir... La vidéo des couloirs bastiais, publiée sur le site du club: