Bartoli, l'occasion manquée

  • A
  • A
Bartoli, l'occasion manquée
Partagez sur :

Marion Bartoli n'a pas réussi le test Andrea Petkovic ce mercredi en huitièmes de finale du tournoi de Pékin. La n°1 française, en course pour le Masters, s'est inclinée en trois manches face à une concurrente directe (4-6, 6-4, 7-5). Huitième et dernière qualifiée pour le moment, Bartoli devra batailler jusqu'au bout pour s'inviter à Istanbul à la fin du mois.

Marion Bartoli n'a pas réussi le test Andrea Petkovic ce mercredi en huitièmes de finale du tournoi de Pékin. La n°1 française, en course pour le Masters, s'est inclinée en trois manches face à une concurrente directe (4-6, 6-4, 7-5). Huitième et dernière qualifiée pour le moment, Bartoli devra batailler jusqu'au bout pour s'inviter à Istanbul à la fin du mois. C'est devant un public très clairsemé que Marion Bartoli a raté une victoire importante ce mercredi au tournoi de Pékin. La Française s'est inclinée en huitièmes de finale en trois manches (4-6, 6-4, 7-5) contre Andrea Petkovic, une concurrente directe pour la qualification au Masters. La route qui mène à Istanbul est encore longue, mais la n°1 tricolore a flanché malgré l'application avec beaucoup de sérieux des préceptes mis en place avec son père Walter. Combativité, engagement et bonne couverture de terrain, voilà les ingrédients qui ont propulsé Bartoli dans le top 10 cette saison jusqu'aux portes du Masters, qu'elle jouerait pour la deuxième fois de sa carrière après une courte apparition en 2007. Mais pour l'instant, elle n'y est pas encore. Laborieuse contre Iveta Benesova au premier tour (3-6, 6-4, 7-5), l'Auvergnate avait clairement changé de braquet face à Christina McHale mardi (6-2, 6-1), prenant au passage une belle revanche après sa défaite contre la jeune Américaine au deuxième tour de l'US Open fin août. Petkovic représentait une bien plus sérieuse menace. Quart de finaliste de trois tournois du Grand Chelem sur quatre cette saison (Open d'Australie, Roland-Garros et US Open), l'Allemande, puissante des deux côtés, a éclaté au plus haut niveau en 2011. A force de persévérance et d'un peu plus de fraîcheur, elle a peu à peu percé la muraille Bartoli qui renvoyait toutes les balles avec autant de vitesse. Plus régulière dans l'échange, la Française tenait d'abord le match jusqu'au milieu du deuxième set avant de connaître un coup de pompe. Malgré un break d'avance, sa marge n'était pas suffisante pour endiguer le retour en force de Petkovic, d'un coup beaucoup plus incisive dans ces frappes de balle. Avec une manche chacune, sur le même score (6-4), et après déjà 1h45 de jeu, le troisième set allait sourire à celle qui en avait gardé le plus dans le réservoir. A galoper aux quatre coins du court, Bartoli n'avait plus l'énergie pour contrer les longs coups droits de l'Allemande qui se détachait rapidement 5-1. Dans un sursaut, la n°1 tricolore retardait l'échéance, effaçant même deux breaks de retard, avant de plier définitivement, pensait-on. Mais comme souvent cette saison, preuve du gros travail mental qu'elle a entrepris avec son père, Bartoli n'abdiquait pas si facilement. Après cinq balles de match écartées, elle revenait miraculeusement à cinq partout. En face, Petkovic n'en menait pas large. Mais une vilaine double faute offrait une sixième occasion à l'Allemande de conclure le match, celle de trop pour la Française qui lâchait prise après 2h46 de combat (7-5).