Bartoli fait marche arrière

  • A
  • A
Bartoli fait marche arrière
Partagez sur :

Nouvel épisode dans le feuilleton "Bartoli et la Fed Cup". Après avoir essuyé les critiques de Nicolas Escudé et Jean Gachassin, lesquels ont formellement démenti les propos qu'elle avait tenus lundi dans L'Equipe, la n°1 française a présenté ses excuses par mail. Obnubilée par l'idée de disputer les JO 2012, l'Auvergnate aurait-elle perdu les pédales ?

Nouvel épisode dans le feuilleton "Bartoli et la Fed Cup". Après avoir essuyé les critiques de Nicolas Escudé et Jean Gachassin, lesquels ont formellement démenti les propos qu'elle avait tenus lundi dans L'Equipe, la n°1 française a présenté ses excuses par mail. Obnubilée par l'idée de disputer les JO 2012, l'Auvergnate aurait-elle perdu les pédales ? Résumé de la situation. Lundi, dans une interview publiée dans L'Equipe, Marion Bartoli confiait avoir trouvé un accord avec l'équipe de France de Fed Cup pour participer aux Jeux Olympiques de Londres malgré le fait qu'elle continue de snober la compétition par équipes. Pour rappel, un règlement stipule qu'il faut avoir pris part à au moins deux rencontres de Fed Cup, dont une l'année des JO, pour prétendre représenter son pays. Néanmoins, la Fédération internationale de tennis (ITF) précise qu'une entorse peut être faite au règlement si une joueuse se met à disposition de son capitaine mais que ce dernier ne la sélectionne pas, ce qui semble tout à fait normal. Là où les affaires se sont corsées pour Bartoli, c'est que le lendemain, dans les colonnes du même quotidien, Nicolas Escudé, capitaine de l'équipe de France, a réagi de manière virulente en s'inscrivant en faux avec les déclarations de "sa" joueuse. Parlant d'un "tissu de mensonges", le Palois, très rapidement soutenu par le président de la FFT Jean Gachsassin, a clairement établi que le fonctionnement du clan Bartoli restait incompatible avec celui de l'équipe de France et réfuté avoir trouvé un accord avec la joueuse concernant les Jeux Olympiques. Escudé profitant de l'occasion pour expliquer qu'il avait bien rencontré les parents de Bartoli pour parler de la Fed Cup mais en aucun cas la joueuse comme elle l'avait sous-entendu. Bartoli: "Je reconnais m'être emportée" Ainsi remise en cause, et se sentant sans doute dans une impasse, Bartoli a complètement changé son fusil d'épaule au point d'envoyer un mail à L'Equipe afin d'éclaircir la situation. "Je reconnais m'être emportée, avec des propos qui étaient nettement en décalage avec la réalité, et si par la même j'ai pu blesser les différents intervenants, je souhaite m'en excuser", a écrit la n°1 française. Mais qu'a-t-il pu bien passer dans la tête de la joueuse, loin d'être la plus bête du circuit, pour tenter un tel passage en force ? Déjà mal vu au pays - "Pourquoi aux Etats-Unis tout le monde m'adore alors qu'en France tout le monde cherche à me descendre ?", s'interroge-t-elle dans son mail -, la native de Puy-en-Velay a vu sa cote de popularité en prendre un nouveau coup. Et, pire pour elle sans doute, diminuer ses chances de disputer les JO 2012 sur le gazon de Wimbledon qui l'avait vu atteindre sa plus grande finale en 2007.