Bartoli, c'est fini

  • A
  • A
Bartoli, c'est fini
Partagez sur :

Marion Bartoli avait laissé trop de forces. La Française est tombée mardi en quarts de finale de Wimbledon, en trois manches face à l'Allemande Sabine Lisicki (6-4, 6-7, 6-1). Fatiguée, la demi-finaliste de Roland-Garros n'est cette fois pas parvenue à renverser la situation, même si elle a sauvé trois balles de match au deuxième set. En demi-finales, Lisicki affrontera Sharapova.

Marion Bartoli avait laissé trop de forces. La Française est tombée mardi en quarts de finale de Wimbledon, en trois manches face à l'Allemande Sabine Lisicki (6-4, 6-7, 6-1). Fatiguée, la demi-finaliste de Roland-Garros n'est cette fois pas parvenue à renverser la situation, même si elle a sauvé trois balles de match au deuxième set. En demi-finales, Lisicki affrontera Sharapova. La montagne était trop haute. Après son incroyable marathon du troisième tour face à Flavia Pennetta, conclue par un dernier set homérique à 9-7 en sa faveur, après avoir sauvé trois balles de match au deuxième tour contre Lourdes Dominguez Lino, Marion Bartoli arrête là sa jolie route londonienne. Il était escarpé, ce chemin, mais qu'il était beau... Et il aurait pu être magnifique, car la Française, sublime de combativité, a encore sauvé trois balles de match face à Sabine Lisicki, à 5-4 contre elle au deuxième set et sur le service de l'Allemande. La 9e joueuse mondiale a ensuite remporté le tie-break, mais a finalement craqué face à la fraîcheur de son adversaire (6-4, 6-7 [4], 6-1). Blessée à l'épaule l'an passé, évacuée sur civière au deuxième tour de Roland-Garros au terme d'un long combat perdu face à Vera Zvonareva, Lisicki revient de loin. Précise, sûre de sa technique, elle a imposé un rythme d'enfer à Bartoli, qui a souvent répondu. Avec beaucoup de variation dans ses mouvements et dans ses choix, l'Allemande a souvent usé à bon escient de l'amorti, et a presque toujours trouvé une longueur impeccable pour répondre à la puissance de la Française. Au terme d'un vrai bon match de tennis, émaillé de peu de fautes directes et avec des points parfois épiques, Lisicki a pu accompagner sa technique d'un physique moins entamé que la n°1 française. Lisicki: "Je n'arrive pas à y croire" Bénéficiaire d'une invitation en vertu de son statut de quart-finaliste en 2009, ainsi que de sa récente victoire à Birmingham, la 62e joueuse mondiale poursuit son rêve après avoir tombé au deuxième tour Na Li. "Je ne sais pas quoi dire, lâchait-elle, incrédule, à la fin de la rencontre devant les caméras de Canal+. Je n'arrive pas à y croire. J'étais très déçue envers moi-même après mon jeu à 5-4 en ma faveur au deuxième set, je n'ai pas joué comme si j'avais le match à aller chercher à ce moment-là." Ce moment-là, c'est celui où Bartoli paraissait encore capable de retourner le gazon de Wimbledon. Après avoir lâché le premier set 6-4, suite à trois breaks lors des trois premiers jeux - mais un de plus pour l'Allemande - la Française a jeté toutes ses forces dans la bataille de la deuxième manche en sauvant ces trois balles de match. Même un magnifique revers gagnant annulé par une faute de pied préalable de... Lisicki, ne l'a pas déviée de son objectif: renverser la vapeur, envers et contre tout, comme d'habitude. Ce fut donc chose faite au tie-break, remporté 7 points à 4, mais Bartoli n'avait plus de jus. Défaite 6-1, elle a lâché dès son premier jeu de service et s'est montrée particulièrement essoufflée dès la première coupure, à 3-0 pour son adversaire. La messe était dite. Lucide pour atteindre la première demi-finale de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem, Lisicki n'a pas paniqué. "Je savais qu'il fallait que je me reconcentre et que ça allait passer. Je ne peux pas expliquer ce que je ressens, ça a été tellement dur de revenir et c'est tellement incroyable de revenir comme ça, sur ce Centre Court que j'adore. C'est merveilleux. Je vais prendre match après match, j'ai fait du bon travail jusqu'ici." Plus que du bon travail, c'est même du magnifique ouvrage. Dans un tournoi plus ouvert que jamais, après avoir éliminé deux des dix premières joueuses mondiales - et deux demi-finalistes de Roland-Garros, par la même occasion - il faudra continuer de lâcher les chevaux.