Bartoli brille à Miami

  • A
  • A
Bartoli brille à Miami
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - La Française s'est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi floridien.

TENNIS - La Française s'est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi floridien. Un sourire franc et massif. Marion Bartoli avait pris la mauvaise habitude de patiner à Miami, sortant cinq fois au premier tour avec une perf au second tour lors des ses six dernières apparitions en Floride. La Française a cependant eu la bonne idée de gommer les aspérités pour se hisser en quarts de finale, égalant ainsi son meilleur résultat obtenu en 2003. Un huitième qu'elle a parfaitement maitrisé face à une Svetlana Kuznetsova, tête de série numéro 1 du tournoi mais tout de même gênée par une douleur à l'épaule droite et qui aura fait appel à trois reprises au kiné afin de se faire soigner. Loin de se laisser troubler par la blessure d'une adversaire qui ne lui avait jamais laissé la moindre chance jusque-là, elle a été impeccable. A peine lui aura-t-il fallu le temps de se régler dans le premier set. A 3-2 en faveur de la tenante du titre à Roland-Garros, elle a changé de rythme, enchaîné les points (21 sur 24 sur son premier service) pour boucler le premier set 6 jeux à 3. Federer tombe Serra Un avantage en poche qui ne l'empêche pas de continuer à appuyer sur l'accélérateur pour boucler cette rencontre 6-3, 6-0 en à peine 56 minutes de jeu. Un joli succès qui lui permet de se hisser en quarts de finale d'un tournoi important. Et son parcours n'est pas terminé puisqu'elle sera opposée au prochain tour à la Belge Wickmayer ou à la Suissesse Bacsinszky. De son côté, Florent Serra n'avait pas grand-chose à perdre face à Roger Federer. Et pourtant, le Français a chèrement vendu sa peau. Car si le Suisse s'est imposé en deux sets 7-6 (2), 7-6 (3)... Et pourtant, le numéro 1 mondial a mené 5 jeux à 3 dans le premier set puis servi pour le match dans le deuxième set à 5 jeux à 4. A chaque fois, plutôt que de se faire croquer, le Bordelais s'est accroché pour pousser Federer au tie-break. Alors certes, cela ne lui a pas permis de chiper un set au «maître» mais c'est tout de même bon pour le moral.