Barrages, citadelles imprenables ?

  • A
  • A
Barrages, citadelles imprenables ?
Partagez sur :

Initiés depuis 2010 pour offrir une chance aux cinquième et sixième de la saison régulière de jouer le titre, les barrages du Top 14 peuvent-ils échapper aux équipes qui reçoivent ? Les résultats de la saison dernière laissent à penser que non. Une impression confirmée par l'invincibilité affichée cette saison par Clermont et Castres. Charge à Biarritz et Montpellier de tordre ces chiffres...

Initiés depuis 2010 pour offrir une chance aux cinquième et sixième de la saison régulière de jouer le titre, les barrages du Top 14 peuvent-ils échapper aux équipes qui reçoivent ? Les résultats de la saison dernière laissent à penser que non. Une impression confirmée par l'invincibilité affichée cette saison par Clermont et Castres. Charge à Biarritz et Montpellier de tordre ces chiffres... Et une deuxième tournée d'adieux ! Thibault Privat, Mario Ledesma, Martin Scelzo, Marius Joubert ou encore Sione Lauaki, qui pensaient avoir fait leur dernière apparition à Marcel-Michelin le 23 avril dernier contre La Rochelle lors de l'avant-dernière journée de la saison régulière, se voient finalement proposer vendredi un dernier challenge dans le chaudron auvergnat. S'ils auraient certainement préféré être directement qualifiés pour le dernier carré du championnat et se concentrer avec gourmandise sur le double rendez-vous marseillais, ces Clermontois sur le départ, comme tous leurs coéquipiers, ne sont pas mécontents à l'idée de disputer ce match de barrages de Top 14 contre Biarritz dans leur antre. Et pour cause, l'ASM n'a pas concédé la moindre défaite à domicile cette saison, une invincibilité qui lui a permis de contrer ses difficultés rencontrées à l'extérieur (deux victoires seulement, à Bourgoin et contre le Stade Français) pour terminer la saison régulière à la quatrième place, juste devant Biarritz et Montpellier pour une meilleure différence de points particulière. Jugez plutôt, sur les 72 points accumulés cette saison par le champion en titre, 60 ont été récoltés à domicile sur 65 possibles (13 victoires sur 13 matches, dont huit agrémentées d'un point de bonus offensif) ! Souviens-toi la saison dernière... Un parcours sans faute qui lui offre aujourd'hui l'avantage du terrain. Donc celui de se qualifier pour le dernier carré ? "Cela n'assure pas la victoire de disputer un barrage à domicile", balaie Privat, promu capitaine en l'absence d'Aurélien Rougerie, qui se souvient que le BO est la dernière équipe à s'être imposée à Marcel-Michelin, le 21 novembre 2009 (13-16), une journée où beaucoup d'internationaux clermontois, mais aussi biarrots, étaient mobilisés en équipe de France. Les Basques se rappellent eux en avoir pris 40 début avril (41-13, 23e journée)... mais disent ne nourrir aucun complexe. Tout heureux de s'être hissés pour la première fois en phase finale, les Montpelliérains joueront également leur carte à fond samedi à Castres. Mais savent eux aussi que le CO est l'une des quatre équipes, avec Clermont donc mais aussi Toulouse et le Racing-Métro 92, les deux clubs directement qualifiés pour les demi-finales, à avoir préservé son invincibilité à domicile (13 victoires, dont trois bonifiées, pour un total de 55 points sur 73 à son compteur). "On a rempli notre premier objectif, rester invaincu à la maison. Mais ça n'a jamais été facile", appréciait Laurent Labit au soir d'une dernière victoire à Pierre-Antoine fin avril contre Biarritz (16-13). Si ce barrage à domicile "n'est pas une fin en soi" à l'écouter, le co-entraîneur tarnais reconnaît que son équipe "a franchi un cap par rapport à la saison dernière". Un objectif clairement avoué en début de saison, Romain Teulet et ses coéquipiers ne se souvenant que trop bien de la claque reçue à Toulouse la saison dernière en barrage déjà (35-12). Pour autant, si Pierre-Antoine fera le plein pour l'occasion (11 500 places), répondant à son plus grand voeu, Labit ne veut pas faire de ce barrage à domicile un avantage : "Quand on voit la performance de Montpellier face à Toulon, on a de quoi être méfiants." Partagée par les Clermontois, cette prudence n'est finalement pas étonnante. Et ce même si Clermont et Toulouse, les deux premières équipes à avoir inauguré ces barrages à domicile la saison dernière s'étaient qualifiées pour le dernier carré en 2010...